Phoenix [Youkomi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Phoenix [Youkomi ]

Message par Youkomi le Mar 04 Déc 2007, 19:30

(Depuis déjà plusieurs mois, j'écris sur mon site des histoires et autres textes fantastiques. Mais principalement des textes courts. Là, je viens d'entamer, il y a environs trois mois, une histoire un peu plus longue et plus complexe. Pour cela j'aimerais avoir votre avis dessus. Je mettrais l'avancer de mon projet ici avant de le poster sur mon site. Pour le moment je vous mets ce que j'ai déjà poster.)

Préambule :

Nous sommes en l’an 2389, la terre a bien changé. Le monde fonctionne autrement. Tout cela depuis la Guerre Noire. Mais moi, je me demande si le monde a vraiment déjà eu un autre fonctionnement. Depuis que je suis petite, on me répète sans cesse, que si nous avons réussi à éviter la destruction totale de la terre, c’est qu’on est destiné à quelque chose de plus noble. Mais, les gens, savent-ils seulement que notre monde n’est pas aussi beau qu’on peut le croire, qu’un danger bien plus grand existe... je ne le crois pas.

Cela va peut-être paraître un peu étrange, mais depuis mon enfance, je pose des questions auxquelles personne n’arrive à y répondre. Je vois un monde que je suis seule à voir, depuis que j’ai eu sept ans.

A cet âge de l’insouciance, je voyais des choses que je n'arrivais pas à expliquer. Mes parents ont crut très vite que je vivais dans un monde imaginaire. A cause de cela et de l’image que la société se fait d’une personne normale, j’ai du suivre différents traitements, aller voir des médecins. Mais rien n’a changé, j’ai toujours cette horrible vision du monde. Cette vision peuplée d'êtres étranges et d'une odeur de sang. Au bout de quelques années, j’ai compris que je ne devais pas parler de ce monde dans lequel j’évoluais. J’essayais désespérément de ne pas le voir mais, rien n’y faisait. Il était toujours là...

Vers l’âge de treize ans, l'âge de la curiosité, j’ai décidé de nommer cette réalité que j’étais seule à voir. J’y ai réfléchis longuement avant d’arriver à un nom qui convient parfaitement. Ce monde allait donc s’appeler « Yshari » qui signifie « cruel destin » dans la langue des anciens. A ce moment, je me suis demandé si je n'étais pas folle. Mes amis vivaient dans un monde qui paraissait paisible et bien plus beau que le mien. J'en suis même venu à les envier. J'avais envie d'être comme eux. Mais le seul moyen que j'avais d'être avec eux, de me faire accepter était de leur mentir en leur disant que je voyais la même chose qu'eux.

Mais à l’âge de quatorze ans, alors que je discutais avec une amie de ma classe, dans une librairie, elle me raconta une rumeur qui commençait à ce répandre un peu partout dans la société des bas fonds:

— Elea, il y a, selon mes sources, et elle avait toujours une source quelques parts cette fille, des hommes et des femmes, à l’âge de la puberté, qui développeraient des facultés surnaturelles. Et ces hommes et femmes seraient kidnappés pour être observés.
— Observer ?
— Disséquer si tu vois ce que je veux dire.
— Hum ! ...
— Attends, ce n'est pas tout. Il paraîtrait qu'une agence secrète voudrait les exploiter comme une arme... pas très réjouissant...

Et elle continua à me débiter toute sorte de choses. Je fus un peu surpris tout de même. Y'aurais t-il d'autre personne comme moi? Es-ce que se serait ça ce que je vois? Serais-ce un pouvoir? Mais je ne prenais jamais les rumeurs qu'elle entendait au sérieux. De plus, dans notre société, les êtres différents sont toujours montrés du doigt, mis à l'écart et toujours dénoncés comme anormal …

Mais cette rumeur commença à ce répandre par la télé, puis par la presse. Ce fut seulement un an plus tard que l'on commença à entendre et à voir des choses étranges se produire. Par-ci, par-là, il y avait des gens avec des capacités hors normes qui étaient découverts et dénoncés. Il y avait même un site et un numéro à appeler si on avait des doutes sur une personne. Les gens dénoncés étaient toujours retrouvés quelques temps plus tard, dans une ruelle, poignardés ou alors ils disparaissaient complètement de la surface de la terre. Le monde commençait à changer, devenait moins sûr, certaine personne avait peur, d’autre était excité. Mais en général, tout le monde essayait d'éviter le sujet...

Depuis trois ans, le monde est au courant de notre existence. Et cela fait dix ans que j’essaye de cacher ma vraie nature aux yeux de mes amis, de ma famille et même à mes propres yeux. Je ne veux pas être comme ça et je ne l’ai jamais souhaité... C'est ainsi que je vis dans l'unique but de survivre. Car je n'ai jamais voulut voir ce monde de sang...... Vais-je arriver, un jour, à être normal? !...


Dernière édition par le Lun 04 Fév 2008, 20:49, édité 3 fois

Youkomi
Commercant
Commercant

Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par PIL451 le Mar 04 Déc 2007, 20:14

moi aussi j'écris...très fort !
j'écris très fort quand y'a plein de fautes d'orthographe !

---------------'Ô' www.vikings2000.com 'Ô'---------------
"Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière"

Michel Audiard

http://aaarghdamned.blogspot.com
avatar
PIL451
Les druides
Les druides

Masculin
Nombre de messages : 10971
Age : 147
Localisation : LYON
Art de prédilection : OUI
Loisirs : OUI AUSSI
Date d'inscription : 26/07/2006

http://aaarghdamned.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par Youkomi le Lun 04 Fév 2008, 20:51

( Oui, je sais qu'il y a pas mal de fautes et j'essaye de les corriger mais je n'arrive pas à tous les voir. Donc, si vous en remarquer, dites-moi vers où pour m’orienter car là, je suis totalement paumé. Sinon, j’ai corrigé le maximum d’erreur dans le premier post. Si vous en voyez encore, dite-le moi, car je sais que lire un texte avec plein de fautes, ce n'est pas agréable. Et bien sinon voici la suite )

Chapitre 01 » Le commencement de tout

C'était comme si cela m'appelait, comme si je brûlais sur un bûcher. Les flammes étaient hautes et je ressentais cette étrange sensation, une douloureuse chaleur me donnait la sensation de brûler de l'intérieur. J'étais entourée par des flammes et j'en riais, suis-je folle... mais je n'étais pas seule parmi ces flammes. J’aperçus une autre silhouette dont je n'arrivait pas à voir le visage. Il me tendit une main. Une main sûre et ferme. Je tendis ma main droite et au moment de se toucher, le moment ou nos deux mains vont pour se rejoindre...



Mon réveil sonne.

...

Eleandra — Qui m'a mis ce réveil à... 7h30 ... hum! … On est quel jour au fait… vendredi 24 octobre… hein! vendredi… je vais être en retard au lycée…

Me voilà et comme d’habitude, je me suis attardée au lit ce qui fait que je dois courir sur le chemin de l’école. Décidément ! Je suis essoufflée, mais je suis arrivée à temps. Je commence à avoir l'habitude. J'arrive à ma place et je m'assoie, non, je m'affale serais plus exacte...

Miriam & Sandra — Salut Elea, ça va?
Eleandra — Salut dis-je essoufflée
Miriam — Tu as encore couru ce matin à ce que je vois
Eleandra — Ouais! , Pas le choix, j'ai même oublié le livre que je devais rendre aujourd’hui.
Sandra — C’est pas sérieux …


Puis elles se mettent à rigoler. Depuis le temps, elles me connaissent. Après tout, Miriam et Sandra sont mes amies et elles comprennent ma situation. Mon père est mort et ma mère m'élève avec mon frère. Ce dernier est à l'université et ma mère n'a d’yeux que pour lui. Alors je dois toujours me justifier avec elle et lui. Je me sens souvent seule et à l'écart de tout avec eux deux. Ils forment vraiment une famille à eux seuls. Moi c'était plus avec papa que cela marchait, mais comme je vous l'ai dit, il est mort. Donc désormais, c'est mes amies qui me comprennent le mieux..

***

Ah! Enfin la dernière sonnerie, les cours se sont bien passés.

Haut-parleur — Grey Eleandra. Grey Eleandra est priée de venir dans la salle n°3 des professeurs. Je répète. Grey Eleandra, Salle n°3 des professeurs.

Pourquoi m'appellent-ils ? Es-ce qu'il y a un problème? Bon j'y vais, je verrais bien. Je monte ainsi deux étages, et je frappe à la porte avant d'entrer. Là se tiennent debout quatre personnes. Deux hommes habillés en noir, ils ressemblent aux Men in Black, Mme Kirisei, qui est ma prof de maths et ma prof principale, ainsi que ma mère se trouvent dans la pièce. Cette dernière ne dit pas un mot mais me fixe avec un certain regard de dégoût que je lui connais trop. Mme Kirisei me fait signe de m'asseoir et ma mère approuve d'un signe de tête puis détourne le regard.

Un silence pesant s'est installé. Des milliers de questions me passent par la tête. Mais j'en profitais pour observer les deux hommes. Ils avaient un long manteau noir, un portait des gants, et l'autre des lunettes de soleil. Chose étrange vu que nous sommes en automne. A leur ceinture, on pouvait apercevoir un badge et si on regarde de vraiment près, on pouvait voir des menottes. Ils n'avaient pas l'air de plaisanter. Au bout d'un long échange de regard entre ma mère, moi, Mme Kirisei, c'est cette dernière qui prit la parole.

Mme Kirisei — Tu sais la semaine dernière à eu lieu la visite médicale annuelle...

J'approuvais sans dire un mot. Qu'est-ce que la visite médicale vient faire là dedans ? Et puis pourquoi ces deux hommes me fixent comme ça. Je n'ai pourtant pas la varicelle. Ah! Un des hommes vient de me sourire. Bizarre ce type...

Mme Kirisei — …Cette année, il y avait eu une prise de sang par rapport aux années précédentes. Cette prise de sang a eu lieu car un nouveau... elle toussota ... "détecteur d'anomalie" vient d'être mis en place. Et il se trouve que ton sang a été contrôlé positif...

"Détecteur d'anomalie", est le terme trouvé par l'état pour les tests cherchant à trouver les gens aux aptitudes anormales. En bref si je comprends bien ce qu'elle vient de me dire, j'ai une aptitude surnaturelle. Pas réjouissant tout ça. Il y a des années, ces gens étaient tués et maintenant, le gouvernement les recherches pour « soi-disant » les protéger. Mais tout le monde sait qu'ils étaient en fait étudiés et exploités. Je crois bien que ce que je redoutais le plus est en train d'arriver...

Eleandra — Donc, en bref, je suis un monstre...

Ma mère eut le visage décomposé. J'avais été directe, comme toujours, je déteste passer par quatre chemins. Mme Kirisei ne savait plus quoi dire. Elle regarda ma mère, comme pour lui demander de l'aide, mais cette dernière détourna le regard. Ce fut un homme en noir qui prit la parole.

Homme 1 — Si tu le vois comme ça. C'est ton point de vue. Mais pour d'autres, tu es le nouveau stade de l'évolution humaine...

Ouais! Ouais! C'est ça, cause toujours mon garçon, tu essayes de me rendre confiante mais je sais ce qui va m'arriver. Ils me prennent vraiment pour une idiote. Bon voyons ce qu'ils ont à me dire, cela pourrait être marrant…

Eleandra — Vous êtes qui au juste? Et puis cela ne veut rien dire ce test. Il y a toujours une part d'erreur non? Et si j'étais vraiment le "nouveau stade de l'être humain", vous ne croyez pas que je m'en serais rendu compte...
Homme 2 — Par forcément... , intervint l'autre homme avec un ton banal comme s'il s'ennuyait.
Homme 1 — Nous sommes des agents des BSP (Brigade Surnatural Protection) et les tests se trompent que très rarement. Le pourcentage est infime.


Hein la BSP! C'est la brigade qui est censée protéger les personnes anormales. C'est sûr que ces mecs sont vachement bizarres. Arg! Mais pourquoi cet homme (1) me sourit tout le temps... L'homme qui m'avait souri se tourna brusquement vers la fenêtre, l'air inquiet. Puis il se retourna brusquement vers son compagnon. Il lui fit un signe de tête celui-ci sortit de la pièce. Il devait se passer quelque chose, mais quoi? Ce fut ma mère qui prit la parole.

Marie (le nom de ma mère) — Que se passe-t-il? Est-ce que je peux partir ? J'ai un fils à qui je dois faire la cuisine. Vous pouvez garder celle là, dit-elle en me montrant d'un signe de tête.

J'étais habituée à ce traitement. L'homme 1 eut, un bref instant, un léger sentiment de compassion pour moi, puis comme pour abréger la souffrance que j'avais de sentir le dégoût que j'inspirais pour ma mère, il lui fit signe de partir. En partant, elle me dit:

Marie — Je ne veux pas que toi ou d'autre personne comme toi, approche mon fils. Tu ne m'as jamais ressemblé de toute manière...

Puis elle partit sur ces mots. Je soupirais. Je savais que cela allait se produire, un jour ou l'autre. Mais maintenant, il fallait que je me débarrasse d'eux car il était hors de question que je me fasse disséquer ou exploiter.

Eleandra — Puis-je aller aux toilettes, j'ai besoin d'aller... enfin bref, je ne vais pas vous faire un dessin.
Homme 1 — Oui, … Madame, veuillez l'accompagner. Je vais en profiter pour voir ce que fait mon collègue.


Puis il ouvrit la porte et nous laissa passer. Nous allions alors aux toilettes, tandis que lui alla dans l'autre direction, nous laissant seules.

J'entrais dans les toilettes avec Mme Kirisei. Elle me laissa aller dans les cabinets. Dedans, je m'assis puis, je me suis mis à réfléchir à un plan qui pourrait me permettre de partir, quant soudain la porte des toilettes s'ouvrit.

Mme Kirisei — Qui êtes-vous... hein! ... ne vous approchez pas... éloignez-vous...


J'allais pour sortir des cabinets quand soudain je ressentis un profond froid m'envahir, comme pour me dire de rester-la. Ma main sur la poignée, je ne bougeais plus. Je respirais lentement, mon corps disait que j'étais en danger, je ne voulais pas mourir, pas maintenant, pas comme cela. Puis, je me dis soudain, que si je n’y allais pas maintenant, je ne pourrais jamais y aller. Je pris mon courage à deux mains. J'ouvris dans un geste brusque la porte. Mme Kirisei baignait dans un marre de sang et, un homme était en train de le lui sucer. Il se releva, puis se tourna vers moi. Je le regardais tétanisée. Ce n'était pas un homme... c'était une sorte de vampire. Il avait un visage affreux. Il se leva, puis commença à s'avancer vers moi. Il fallait absolument que je m'en aille. Là je me glissais, pour échapper à ses deux mains qui voulaient me saisir, je me relevais, puis sortis en courant, sans demander mon reste.


Dernière édition par le Mar 12 Fév 2008, 17:26, édité 1 fois

Youkomi
Commercant
Commercant

Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par beulette le Mar 05 Fév 2008, 10:11

j'ai pas le temps ce matin, mais promis je lis tout ça dès que possible !

---------------'Ô' www.vikings2000.com 'Ô'---------------
"Sans technique, le talent n'est rien qu'une sale manie."
G. Brassens.

http://www.leterrier2.canalblog.com
avatar
beulette
Les druides
Les druides

Féminin
Nombre de messages : 6176
Age : 43
Localisation : montpellier
Art de prédilection : la glandouille
Loisirs : tout ce qui peut se faire allongé sur un canapé
Date d'inscription : 02/07/2006

http://www.leterrier2.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par Youkomi le Mer 06 Fév 2008, 16:07

Ok, pas de problème, je suis pas pressée.

Youkomi
Commercant
Commercant

Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par beulette le Jeu 07 Fév 2008, 12:11

quelle histoire !!!

j'aime beaucoup les idées, j'avoues je suis tombée dedans et maintenant j'attends la suite :)

après pour les critiques, je ne suis pas une spécialiste. j'ai relevé quelques maladresses,des petites répétitions, et beaucoup de fautes d'othographe (grrrrrr)

---------------'Ô' www.vikings2000.com 'Ô'---------------
"Sans technique, le talent n'est rien qu'une sale manie."
G. Brassens.

http://www.leterrier2.canalblog.com
avatar
beulette
Les druides
Les druides

Féminin
Nombre de messages : 6176
Age : 43
Localisation : montpellier
Art de prédilection : la glandouille
Loisirs : tout ce qui peut se faire allongé sur un canapé
Date d'inscription : 02/07/2006

http://www.leterrier2.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par Youkomi le Jeu 07 Fév 2008, 20:00

Merci, je vais me relire (encore) pour voir où est-ce que j'ai pu faire mes erreurs. En tout cas, je posterais la suite de l'histoire après le Bac Blanc que j'ai la semaine prochaine.
Par contre, si quelqu'un pouvait m'aider à corriger mes fautes en m'expliquant où j'en ai fait exactement, se serait super sympa car même si je me relis, j'en vois pas toujours beaucoup, et si je demande de l'aide, personne ne me dit où c'est exactement. Beaucoup me disent "c'est plein de fautes" mais cela va pas beaucoup m'aider après m'être relus au moins 7 fois.

Youkomi
Commercant
Commercant

Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 27
Date d'inscription : 01/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par beulette le Jeu 07 Fév 2008, 23:10

ok je te rep par mp

---------------'Ô' www.vikings2000.com 'Ô'---------------
"Sans technique, le talent n'est rien qu'une sale manie."
G. Brassens.

http://www.leterrier2.canalblog.com
avatar
beulette
Les druides
Les druides

Féminin
Nombre de messages : 6176
Age : 43
Localisation : montpellier
Art de prédilection : la glandouille
Loisirs : tout ce qui peut se faire allongé sur un canapé
Date d'inscription : 02/07/2006

http://www.leterrier2.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phoenix [Youkomi ]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum