[Nouvelle] Nocturne + autres textes

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 14 Mar 2008, 16:50

Bonjour m'ssieurs dames ^^
Nouvelle dans le coin, je me risque à poster une petite histoire de mon cru au milieu de toutes vos pages. Rassure-vous, elle n'est pas bien longue, (sur Word du moins) Bonne lecture à vous qui passerait par là bbb

Nocturne

Il faisait nuit depuis un petit moment quand la silhouette du château se dessina dans la lueur de la lune. Les deux chevaux s’avancèrent en silence puis s’arrêtèrent à la hauteur du pont-levis.
_Qui va là ?!
Une torche illumina un instant les remparts et la tête suspicieuse d’un garde à l’allure mal embouchée. L’un des cavaliers leva le nez et secoua une main.
_Deux invités du comte ! Il est au courant !
_Ah oui ! C’est bon, passez !
Les chaînes glissèrent en grinçant et firent tomber la planche de bois qui offrit une entrée directe sur la cour intérieure. Les deux cavaliers remirent leurs équidés au pas et passèrent l’arche de pierre au bruit des sabots. Le soldat siffla entre ses dents puis cracha d’un geste agacé. Cela ne l’amusait pas d’être de surveillance ce soir, le comte recevait rarement : il préférait se faire inviter. C’était nettement moins coûteux et bien plus agréable pour sa panse.
_Nous y sommes.
Les cavaliers descendirent de leurs montures et les laissèrent aux soins des écuyers qui se pressèrent à leur rencontre. L’un des inconnus repoussa alors la capuche qui lui couvrait le visage et souffla de soulagement. D’un certain âge, l’homme était costaud et résistant, à la barbe finement dessinée. Les jeunes écuyers se lancèrent des regards circonspects puis jetèrent un coup d’œil en direction du deuxième invité qui récupérait calmement un sac de tissu qu’il passa par-dessus son épaule. Impossible de voir à quoi il pouvait ressembler. Rien n’était visible en dehors de son menton.

_Messieurs.
Deux gardes se mirent au-garde à vous devant l’homme à l’âge avancé. Ce dernier se lissa le bouc, amusé.
_Monsieur le compte vous attends. Veuillez nous suivre s’il vous plait.
L’étranger rejoignit son compagnon en silence. Ils quittèrent la cour et entrèrent enfin dans le premier vestibule du château. Ils y laissèrent quelques affaires avant de traverser la pièce suivante où découlait un magnifique escalier tapissé de rouge. L’inconnu au visage caché sembla détailler les grosses pierres des murs, les bougies et les teintures d’un œil intéressé.
_Ah vous voilà ! Soyez les bienvenus dans mon humble demeure !
Un homme descendit les marches, les bras ouverts. Son visiteur barbu s’inclina bien bas, une main sur le ventre.
_Nous sommes honorés de votre invitation, monsieur le comte.
_Allons allons, relevez-vous, sourit l’intéressé en s’arrêtant à sa hauteur, pas de ça entre nous !
Le barbu se redressa alors, droit et fier. Le comte lui tapota l’épaule comme il aurait pu le faire pour un ami de toujours, puis croisa enfin la présence de l’étranger encapuchonné.
_Est-ce là votre fameux compagnon ?
_En effet sire. Pardonnez-lui de ne pas vous adresser la parole, cela fait parti de notre protocole, voyez-vous…
_Tout à fait, tout à fait…souffla l’homme fortune en tentant en vain de distinguer quelque chose sous cette capuche, puis il reprit plus haut, soudain revigoré, bien nous n’allons pas restés ainsi indéfiniment ! Je vous invite à ma table ! Vous devez mourir de faim après un tel voyage. Ne me dites pas non, vous m’offenseriez !…que l’on apporte leurs bagages dans l’allée des invités, et que ça saute !

L’encapuchonné s’écarta d’un pas quand deux serviteurs traversèrent le hall avec leurs affaires. L’un d’entre eux s’inclina afin de lui demander le sac qu’il tenait à l’épaule, et il fut obligé de céder après un coup d’œil de son compagnon.
On crut l’entendre soupirer de dépit. Un soupir qui fit trembler le pauvre serviteur qui préféra rapidement s’éloigner en prenant ses jambes à son cou, loin de cet inconnu décidément presque effrayant de silence.
_Venez goûter à notre célèbre terrine ! Vous m’en direz des nouvelles !

Une fois attablé, le comte espéra voir le visage du deuxième voyageur, en vain. Légèrement agacé, il le déshabilla du regard en le voyant découper sa viande comme si ne rien était. Ses mains, protégées par des mitaines de cuir, ne pouvaient pas préciser le sexe de ce phénomène, ni la cape qui lui recouvrait les épaules.
_A-t-il au moins un nom ? demanda le seigneur, avide de renseignements, est-ce au moins un être humain ?
Le barbu manqua de s’esclaffer dans sa bière chaude, un large sourire aux lèvres.
_Bien sûr sire ! Nocturne est tout ce qui a de plus humain ! Il désire seulement garder son identité afin de faire au mieux le travail que vous allez lui demander de faire. Comprenez, c’est comme une soupape de sécurité.
_Hum hum…voilà bien la première fois que je vois une telle chose, mais si vous dites que cela fait parti de son travail….nous en parlerons après le dîner, n’est-ce pas ? n’allons pas gâcher toute cette bonne nourriture pour si peu !
Le barbu acquiesça vivement, l’œil gourmand. Nocturne se contenta lui, de manger sans bruit.

Après ce long dîner presque interminable, le comte eut du mal à se lever de sa chaise. Les joues rouges à cause des litres de vin avalés, il demanda que l’on lui apporte sa meilleure bouteille de cognac dans son petit salon privé. Un serviteur s’exécuta rapidement, tandis que son maître s’affalait dans un gros fauteuil moelleux, presque vulgaire dans sa manière de se tenir.
_C’est bon, c’est bon va-t-en !…allez dégage de ma vue !
Nocturne souffla de nouveau et bougea légèrement la tête quand le pauvre homme passa non loin de lui pour quitter la pièce. Surpris, ce dernier ne pensa même pas répondre à ce signe d’encouragement.
_Bien ! Nous pouvons enfin passer aux choses sérieuses ! Un verre ?
_Merci sire, mais votre succulent repas occupe déjà tout mon estomac.
_Humf, comme vous voulez.
Le comte se servit bien plus que la dose normalement souhaitée et fit tourner le liquide dans son verre, le regard vitreux. Les deux visiteurs attendirent calmement qu’il fasse son introspection intérieure avant de boire plus de la moitié.
_C’est simple. Je veux que vous me débarrassiez d’une épine. Une grosse épine en vérité.
Il leur désigna un petit parchemin enroulé d’un geste du doigt. Nocturne s’en saisit d’un geste franc. Un geste qui surprit l’hôte des lieux.
_Alors il pense par lui-même ? se moqua-t-il, son nectar aux lèvres.
Nocturne préféra ne pas relever l’affront et fronça les sourcils, bien que personne ne puisse le voir. Il tendit alors le parchemin à son acolyte qui fit la même tête en découvrant l’identité de leur future victime.
_Le duc de Sholer ? votre ami ?
_Ami ami…souffla le comte, porté par l’alcool, les amitiés se font et se défont au grès des affaires, vous savez ? et puis, il se fait vieux. Et lent.
Nocturne eut un autre soupir en le regardant avaler le fond de son verre avec délectation.
_Il reçoit demain soir. Je suis invité. Moi comme une dizaine d’autres abrutis. C’est là que je veux que vous interveniez. En toute discrétion bien sûr. Rien ne doit laisser persister le doute quant à notre marché, vous me suivez ?
Le barbu acquiesça, maintenant plus renfermé.
_Je veux que cela ait l’air d’un accident. Aucune effusion de sang. Il serait malheureux que ses petites filles le voient nager dans son hémoglobine. Surtout en cette soirée d’anniversaire.
_Cette soirée d’anniversaire ?
_Humf oui ! grimaça le comte en avalant presque de travers, sa cadette fête ses 21 ans. Sa majorité, vous vous en rendez compte ? Le temps passe décidément trop vite.
Il souffla dans son cognac avant de se resservir un troisième verre.
_Comme prévu, je vous paye la moitié aujourd’hui, la moitié une fois sa mort déclarée. Vous aurez même droit à un supplément si je ne suis pas soupçonné.
_Monseigneur est trop généreux.
_Je sais. Cela me perdra un jour…
Nocturne avança d’un pas sec, mais son compagnon se plaça discrètement devant lui pour l’empêcher d’aller plus loin.
_Nous allons prendre congé sire, nous avons besoin de repos si nous devons être prêt pour demain.
_Bien sûr, bien sûr, faites faites. Nous nous reverrons bien assez tôt demain matin.

Les deux invités s’inclinèrent puis quittèrent la salle au signe de tête du comte. Une jeune servante à peine sortie de l’adolescence leur fit une révérence bien basse et les invita à la suivre dans les méandres des étages. Le château était très souvent au trois quart vide, le comte n’ayant quasiment aucune famille, et certains coins n’étaient pas aussi bien entretenus que le salon privé du propriétaire. Nocturne fit sursauter la jeune hôtesse en éternuant sous sa cape.
_Ce n’est rien demoiselle, sourit l’ami barbu, il a pris froid sur le chemin.
_Oh, rougit l’intéressée, peut-être monsieur désirerait-il un bon grog pour se soulager la gorge.
_Ce serait avec joie, merci pour lui.
La jeune fille acquiesça puis les guida enfin vers leur chambre. Une grande chambre de deux lits à baldaquin clairement séparé par un tapis fait d’une peau de tigre à dent de sabre.
_Cela vous convient-il ?
_Oui, c’est parfait. Nous n’en espérions pas tant.
_J’en suis ravie. Je m’en vais m’occuper de votre grog monsieur. Prenez le temps de vous installer.
_Merci beaucoup mademoiselle. Vous êtes charmante.
L’hôtesse se remit à rougir avant de fermer derrière elle, à la fois touchée et gênée de la déclaration de l’homme à l’âge appuyé. Ce dernier garda le sourire puis fit tourner son épaule en grimaçant, une fois sa cape retirée.
_Une longue route nous attend demain encore pour rejoindre le domaine du duc. J’espère que les chevaux seront prêts.

Nocturne se racla la gorge puis attrapa les bords de sa capuche pour enfin dévoiler son visage. Mais on frappa aussitôt à la porte et il fut obligé de se couvrir de nouveau.
« Votre grog monsieur »
_Oh qu’elle est rapide, cette petite.
L’homme barbu vint lui ouvrir et la remercia avec un air entendu. Nocturne soupira longuement et se glissa discrètement entre les deux personnages pour prendre le grog des mains délicates de la jeune fille. Cette dernière, surprise par le faible contact de ses doigts, faillit en perdre la tasse avant de se reprendre violemment, les joues rouges.
_…merci.
Elle leva les yeux et devint encore plus rouge lorsqu’elle perçut le ton grave de sa voix.
_Appelez-moi si vous avez d’autre chose messires.
_Nous ne voudrions vous déranger pendant votre sommeil, jeune demoiselle. N’ayez crainte, nous devrions pouvoir nous débrouiller pour la nuit.
_Dans ce cas, je vous la souhaite agréable messires. Que Séléna veille sur vous.
_Qu’elle veuille sur vous aussi.
La lourde porte de bois se referma sur la silhouette délicate, et les deux visiteurs se retrouvèrent enfin seuls, à l’abri des oreilles indiscrètes.
_Quelle charmante personne, tu ne trouves pas ? si pure et innocente…
_Et si jeune.
Le barbu se retourna et regarda son jeune compagnon repousser enfin la cape qui cachait si étrangement son visage. Un sourire se dessina sur ses lèvres comme à chaque fois qu’il redécouvrait ses traits.
_Tu sembles déjà lui plaire, lui lança-t-il sur un ton de plaisanterie, toi et ta voix enrouée.
_J’ai la voix enrouée à cause de cette pluie que l’on a pris sur le chemin, et non pas pour autre chose. Arrête de te faire des parchemins avec ton imagination tordue, tu veux ?
Nocturne attrapa son sac et le posa sur l’un des lits en signe d’appartenance avant de se défaire enfin de sa cape entière. Son costume près du corps dévoila des formes bien trop arrondies pour être celles d’un homme, des épaules musclées par des années d’entraînement, mais un visage aux traits fins avec des yeux d’un bleu particulièrement hypnotique.

[Première partie]


Dernière édition par miyaki2384 le Mar 01 Juil 2008, 12:51, édité 1 fois
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 14 Mar 2008, 16:51

[Deuxième partie]


_Tu es une idée de comment procéder pour demain ?
_Peut-être…tu as une préférence ?
Nocturne se passa une main dans les cheveux qu’elle avait d’un noir aussi profond que la nuit et qui aimaient lui caresser la nuque.
_Le poison. Si cet imbécile veut ne pas être soupçonné, je ne vois rien de mieux mais…Thanos ?
_Hum ?
Son ami était en train de se battre avec ses bottes de fourrure quand il leva le nez à la prononciation de son nom.
_Crois-tu que tuer le duc de Sholer soit une bonne idée ? c’est un homme bon, qui a aidé beaucoup de monde après la guerre. Pourquoi ce comte d’opérette désire-t-il sa mort ?
Thanos fronça les sourcils puis soupira en s’étirant les doigts de pied.
_Tu sais que tu n’es censée te poser aucune question une fois ton contrat en poche. C’est la première règle de notre guilde, tu te souviens ?
_Bien sûr, mais cela ne m’empêchera pas de le faire. Crois-tu qu’il n’y ait pas d’injustice ? c’est ce gros lard en bas que l’on devrait empoisonner, pas un homme qui a valeureusement gagner des batailles et imposer la paix dans nos contrées !
Thanos eut un petit sourire en se redressant. Il lui tapota l’épaule et l’invita à boire son grog le temps qu’il soit encore chaud.
_Cela me désole autant que toi, mais rien ne dit que nous ferons pas attention demain soir. Je n’ai pas non plus confiance en cet homme, alors nous prendrons toutes les précautions nécessaires s’il le faut. Tu n’as rien à craindre.

Nocturne soupira et se dégagea de l’emprise de son compagnon et maître avec un air buté.
_Je sais très bien que je n’ai rien à craindre. Je me débrouille parfaitement toute seule ! Et je ferai ce qu’il faudra. Comme toujours.
Thanos acquiesça et entreprit enfin d’aller se coucher pour se soulager un peu le dos. Il ferma les yeux et s’endormit presque sur le champ. Nocturne soupira et souffla sur la bougie pour plonger la chambre dans le noir. Elle s’étira puis s’allongea au-dessus des draps, la tête vide. Elle devait être prête pour demain. Tout allait dépendre de ses attitudes à gérer la situation…

La route en direction du domaine ducale prit de longues heures sous un soleil timide, parfois caché derrière de sombres nuages. Nocturne laissait son cheval suivre la caravane, silencieuse et soucieuse. Thanos savait ce qui la tourmentait : elle était la meilleure dans leur profession mais le doute persistait dans son esprit. Selon elle, certaines personnes avaient plus ou moins le mérite de mourir que d’autres. C’était humain : elle était jeune, elle avait encore du mal à différencier l’assassin qu’elle était en ce moment et la jeune femme qu’elle cachait soigneusement sous cette capuche. Cela viendrait avec l’expérience…
_Nocturne.
_Hum ?
Elle reprit ses esprits et tourna la tête vers son maître qui lui sourit simplement. Elle préféra détourner le regard. Il secoua la tête puis fixa le paysage droit devant lui. Juste un peu de patience et elle le dépasserait sûrement…il avait hâte de voir ce dont elle avait véritablement capable.
_Ah ah mon ami ! Te voilà enfin !
Le soleil se couchait déjà quand le duc vint à la rencontre de son vieux camarade de régiment. Ce dernier joua le jeu à la perfection au moment des embrassades et garda le sourire lorsqu’il salua les petites filles qui patientaient calmement sur le côté.
_Entrez, ne restez pas dehors ! Les oracles ont prédit du gros temps pour cette nuit. Mettez les chevaux à l’abri !
Les serviteurs coururent dans tous les sens pour obéir aux ordres du duc et provoquèrent une belle pagaille. Nocturne descendit de son cheval et se glissa telle une ombre entre les pierres du château. Thanos fit comme si ne rien était et suivit calmement les hommes du comte pour se fondre dans la masse. Le temps que le duc entre dans sa demeure, les deux mystérieux voyageurs avaient déjà disparus.

« Alors…la chambre ducale… »
Nocturne traversa les cuisines sans encombre particulière, tant les serviteurs pouvaient être occupés, et se glissa dans les couloirs de l’étage. Ces derniers étaient bien mieux entretenus que ceux du comte, ce qui ne simplifia pas les choses.
_Au fait, tu as vu ? le vieux croupion est revenu.
_Rha non, il va encore manger comme quatre celui-là ! Un vrai porc !
« Zut ! »
Deux femmes affectées aux chambres quittèrent leur antre, les bras pleins de linge propre et faillirent piéger l’étrangère qui se jeta droit dans une alcôve de pierre. Elle se colla au mur, le cœur battant et les laissa passer, trop prises par leur conversation pour faire attention à ce qui les entouraient.
_Il va encore être odieux avec mademoiselle Lina, déclara l’une d’entre elle en soupirant, heureusement qu’elle est trop bien élevée pour lui.
_Heureusement surtout que monsieur le duc a refusé de lui donner sa main. Tu imagines ? la demoiselle avec ce porc ? Ça aurait été la fin de tout !
_Sans compter qu’il a trois fois son âge.
_C’est un porc vicieux, qu’est-ce que tu veux ? c’est déjà dur de voir monsieur ami avec cet individu…

Nocturne fronça du nez : elle qui cherchait une raison valable à cette mission, elle venait d’être servie sur un plateau d’argent. Rien n’était mieux pour un assassin que les bruits de couloir. Même les plus grands secrets finissaient un jour par être éventés par la rumeur…
« Alors ce vieux lubrique voulait épouser la cadette…voilà pourquoi il désire tant que j’empoisonne son père »
Elle soupira mais continua sa route en direction des appartements de sa future victime. Heureusement pour elle, l’hôte de ces lieux ne se sentait pas assez menacé pour poster des gardes sur sa route.
« Fermée évidemment »
Que cela ne tienne. Elle sortit son nécessaire de crochetage et fit sauter le verrou sans la moindre difficulté puis se faufila à l’intérieur tel un courant d’air. Elle referma soigneusement derrière elle puis se retourna pour voir l’ampleur des appartements. Elle retira sa capuche pour être plus à l’aise et commença à fureter autour du bureau puis de la chambre.

Nocturne découvrit un beau portrait de la duchesse disparue quelques années auparavant, et admira les peintures faites par ses soins lors de son vivant. Le duc semblait en prendre soin malgré le temps passé.
Elle eut un sourire touché puis retourna dans la pièce principale afin de trouver un moyen de faire son travail sans faire souffrir cet homme qu’elle admirait.
« Oui oui j’arrive ! Faites les patienter ! »
_Que…
Elle fit volte-face et remit sa capuche dans un geste paniqué. Le duc revenait déjà dans ses appartements !
« Bon sang Thanos ! Qu’est-ce que tu fais ?! »
Elle se glissa derrière les larges rideaux rouges qui couvraient les murs pour garder un brin de chaleur et retint sa respiration, nerveuse. Rien n’allait comme prévu. Elle commençait sérieusement à détester ce contrat.
_Où est-il ?….ah le voilà !
Elle risqua un œil dans la pénombre du bureau et vit l’homme déjà âgé en train de fouiller un petit coffre qu’il ouvrit avec précaution. Assis dans son grand fauteuil de cuir, elle lui trouva le teint blafard et creux par rapport aux visage enjoué qu’il avait montré à l’entrée.
« Hum ? »
Elle fronça du nez quand elle le vit déboucher une fiole contenant un liquide bleu qu’elle put facilement reconnaître. Il avala le contenu d’une seule traite puis souffla longuement avant de se mettre violemment à tousser. Nocturne plissa des paupières quand elle devina du sang maculer ses dents.
« …je vois… »
Le vieil homme se laissa tomber contre le dossier de son fauteuil, le souffle court. Nocturne réalisa la situation et décida contre toute attente de sortir de sa cachette.
_Monsieur le duc.
_Qu’est-ce que… !
Le vieil soldat attrapa l’épée qui siégeait non loin de son fauteuil et pointa aussitôt l’étrangère d’un bras droit et solide.
_N’ayez crainte. Je ne vous ferai aucun mal.
Le duc fronça de la moustache et la déshabilla du regard avant de plisser des paupières.
_En voilà une étrange manière de se présenter, jeune homme, siffla-t-il, mis en faux par la voix enrouée de l’individu, vous voulez faire sauter mon vieux cœur ?
_J’ai été engagé pour cela en effet.
_Voyez-vous ça !
Le soldat baissa légèrement son épée, circonspect.
_Je vois…j’aurai du m’en douter en détaillant votre tenue. Vous êtes un assassin…
_C’est exact mais rassurez-vous. Le contrat qui m’a été alloué est désormais caduc.
L’homme haussa un sourcil puis eut un étrange sourire en baissant définitivement son bras.
_Vous avez été témoin de mon lavement…du soulagement pour vous j’imagine. _Certes, mais pas de la manière dont vous semblez le croire. Je ne tue pas pour
le plaisir. Encore moins un homme de votre trempe.
_Hum ?
Le duc posa son épée sur son bureau, juste derrière lui, et se lissa la moustache avec un petit sourire moqueur en se posant élégamment contre le meuble.
_Vous êtes bien renseigné…
_Cela fait parti de mon travail.
_Bien sûr…moi qui pensais que les assassins n’aimaient que le sang gratuit…

Nocturne recula d’un demi pas quand le duc se décolla de son bureau. Ce dernier eut aussitôt un visage amusé.
_Ce serait plutôt à moi de vous craindre !
_Ce n’est pas ce que vous croyez.
Le duc fronça du nez, maintenant piqué à vif.
_On vous engage pour me tuer et vous restez là, à me regarder sans bouger ! Vous reculez même !
_Vous avez raison, je vais vous laisser. C’est une soirée importante pour votre fille. Elle a besoin de vous à ses côtés.
_Que…vous voulez vous en prendre à ma fille ?!
Nocturne se retourna alors qu’elle était sur le point de quitter la pièce et dégaina une dague. L’homme de guerre se figea sur l’instant et déglutit, la lame sous la gorge. Il avait à peine touché le pommeau de son épée qu’elle avait déjà réagi.
_Calmez-vous monsieur. Je ne vais m’en prendre à personne. Ni à vous, ni à aucun membre de votre famille. Vous me suivez ?
_Hum hum.
Légèrement arquée sur ses jambes pour être en bonne position, elle recula lentement son arme puis fit un bond en arrière pour éviter le moindre retour. Le duc ne put qu’être admiratif d’une telle agilité.
_Je vais m’en aller et vous laissez en vie afin que vous puissiez profiter des dernières semaines qu’il vous reste. En échange, je vous demanderai de faire ma visite un secret. Est-ce assez équitable à vos yeux ?
L’homme soupira doucement puis se passa une main sur la gorge, mal à l’aise.
_Equitable n’est pas vraiment le mot que j’aurai choisi mais…si cela peut me permettre de rester en vie…
_Je vous conseille également de mettre des compresses chaudes sur vos bronches afin de fluidifier le sang qui les encombre. Cela vous fera peut-être gagner quelques jours…et cela soulagera les douleurs.
Elle inclina légèrement la tête puis se dirigea directement vers la porte de sortie. Le duc soupira doucement, fatigué.
_Vous êtes un assassin bien étrange…me donner des conseils pour que je survive…votre commanditaire ne va pas être ravi.
_Qu’importe, je n’ai aucun compte à lui rendre. Son souhait sera bientôt réalisé et ce seront les dieux qui décideront du jour où vous irez les rejoindre. Il lui suffira d’être patient.
Elle entendit un petit rire dans son dos qui l’empêcha de tourner la poignée.
_J’ignore qui vous êtes, jeune homme, mais j’avoue que vous me plaisez. Vous avez un cœur malgré la lame acérée de vos dagues. Pourquoi être devenu assassin si vous n’aimez pas tuer ?
Elle ferma les yeux à ces mots et calma les battements de son cœur qui résonnaient étrangement dans son esprit.
_Je n’ai pas choisi monsieur. On l’a fait pour moi.
Elle rouvrit les yeux et passa enfin un pied dans le couloir.
_Mais je vous souhaite une agréable soirée. Profitez-en bien.
Elle lâcha la porte et avança calmement dans le couloir, les sens aux aguets. Elle ignorait si elle pouvait lui faire confiance. Après tout, il pourrait lancer sa garde à ses trousses…mais le vieux duc n’en fit rien et préféra s’asseoir quelques instants pour digérer la nouvelle de son assassinat raté. Quelqu’un avait engagé un homme de main pour le faire taire. Mais qui ?

Nocturne accéléra le pas et quitta bien vite ces couloirs où pouvaient apparaître n’importe quel employé de la famille. Elle profita de l’ouverture d’une fenêtre pour atterrir sur le chemin de ronde. Elle s’abaissa quand elle vit une lueur naître non loin d’elle : un garde qui s’allumait une barre de tabac. Elle soupira, fatiguée d’être aussi nerveuse. Elle se glissa cependant parmi les ombres et regagna la cour intérieure dans un petit saut. Le ciel s’était déchiré en son absence : il pleuvinait déjà des gouttes lourdes qui allaient bientôt rendre le terrain boueux.
« La fête bat son plein »
Elle leva les yeux vers les vitraux éclairés de lumière et frissonna sous une bise glacée. Elle se prépara à siffler un ami qui descendit lentement du ciel en poussant un cri strident. Un jeune faucon à la robe argenté se posa sur son bras et avala sa récompense d’un coup de bec.
_Tu sais ce qui te reste à faire Horus.
Elle lui donna l’appui pour s’envoler et le regarda rejoindre l’un des vitraux de l’étage supérieur. Thanos aurait bientôt le message qu’elle avait attaché à la patte de l’animal et elle serait enfin libérée de ce fardeau. Mais avant tout cela, elle avait une chose à accomplir…

Le duc descendit rejoindre ses invités et ses charmantes petites filles dès qu’il eut fini de se remettre de ses ennuis de santé. Quelle ne fut pas surprise quand on lui annonça le décès soudain du comte de la Butte. A peine avait-il eut le temps d’avaler une gorgée de son cognac préféré que son cœur s’était emballé. Il n’y avait déjà plus rien à faire.
Le vieil homme sembla fort peiné mais le sourire qui se dessina sur son visage intrigua sa cadette.
« Les dieux ont décidément d’étranges messagers… »
Il ne trouva pas l’individu qui lui avait rendu visite et comprit qu’il était déjà reparti sur la route.
_Atcha !
_Et beh !
_Fichue pluie…

Merci d'avoir lu jusqu'au bout ^^
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Cartman le Sam 15 Mar 2008, 00:35

Je vais lire ça dimanche aprém parsque là j'ai pas le temps.
avatar
Cartman
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Masculin
Nombre de messages : 2368
Age : 32
Localisation : Saint Priest Lyon
Art de prédilection : Dessin
Loisirs : Jeux Vidéo, Cinéma, Dessin, écriture
Date d'inscription : 25/02/2008

http://www.qsec.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Tibo le Dim 16 Mar 2008, 02:58

J'ai copié le tout sur notepad avant de l'imprimer : 7 pages quand même !

Puis bah ...j'avais plus d'encre en fait, donc ca m'a imprimé une ligne sur 2...Youhouuuu Boulet

Résultat je ne l'ai toujours pas lu vvv
avatar
Tibo
Bûcheron
Bûcheron

Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 29
Art de prédilection : BD ? Un jour !
Date d'inscription : 09/02/2008

http://legrosdetibo.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Dim 16 Mar 2008, 02:59

lol que de péripécies :) rassurez-vous, je ne l'enlève pas de là. Vous avez tout le temps de la lire. Bonne lecture quand même ^^
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Mar 18 Mar 2008, 19:20

Et beh ça ne se bouscule pas pour donner des avis ^^ tant pis.
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Ven 27 Juin 2008, 16:38

Hé bien je viens de finir de lire ce que tu as écris.
Ton écriture me semble bonne, bien qu'il y ai un peu trop de "et". Il faudrait tenter de les supprimer ou tout du moins les remplacer par d'autres tournures de phrases.
Je trouve que tu décris assez bien les actions des personnages ainsi que les scènes.
Même s'il te reste surement encore à progresser, comme nous tous, je trouve que tu écris bien.
Il ne te reste plus qu'à continuer...
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par isangeles le Sam 28 Juin 2008, 10:39

Hello !
Lecture achevée :)
L'intrigue tout d'abord : Classique, efficace. Seulement, pour quelqu'un habitué à ce genre de littérature, la chute est trop prévisible, ainsi que le déroulement. Attention, rien de préjoratif dans mes propos, juste une remarque. Il faudrait peut-être travailler plus l'agencement des évènements.

Le style : Bon. Quelques maladresses dans la construction des phrases mais tu es sur le bon chemin. L'orthographe à surveiller bien sûr. J'aime bien l'ambiance que tu arrives à mettre en place.

Pour l'ensemble : Un texte qui se suffit à lui-même, c'est idéal. Il mérite d'être un peu plus travaillé dans sa structure. Il est plaisant à lire malgré des inégalités dans le récit. Les ambiances sont bien rendues. Un autre texte pour voir un peu ?
avatar
isangeles
Navigateur
Navigateur

Masculin
Nombre de messages : 235
Age : 43
Date d'inscription : 04/06/2006

http://effilocheur.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Sam 28 Juin 2008, 14:36

Merci d'avoir pris le temps de lire tout ça ^^
Et merci également de vos critiques constructives. A vrai dire, je ne suis pas douée pour le genre "nouvelle". Le style condensé pour raconter une histoire provoque ce côté bancal que vous me faites remarquer.

Et l'orthographe, je fais du mieux possible mais des fautes passent toujours malheureusement.
Un autre texte ? prochainement oui ^^

Sinon vous pouvez aller voir de ce côté : http://artemisdepalombe.canalblog.com/ , j'y montre plusieurs de mes textes, dont le début d'un roman. Rien n'est parfait évidemment, mais j'espère que vous vous y plairez.
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Sam 28 Juin 2008, 14:43

Le lien n'a pas l'air de fonctionner.
Je n'arrive pas à aller sur ton blog.

Sinon pour arriver à écrire des nouvelles je dirais que tout est une question d'entrainement.
Moi aussi au début j'avais pas mal de difficulté.
Il faut privilégier l'action à la description de l'univers dans lequel celle-ci se passe.
Regarde comme écrivent les autres et essaye de t'adapter.

C'est ce que j'ai fait...
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Sam 28 Juin 2008, 14:47

J'ai changé de lien, pour moi ça marche -_-'
Oui pour les nouvelles, je m'entraine, mais j'ai du mal à trouver des sujets avec lesquelles je ne ferai pas de digression pour finalement en faire trop.
Enfin j'imagine que tout vient à point comme on dit.
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Mar 01 Juil 2008, 12:59

Je présente alors ici la première partie d'une autre nouvelle inspirée d'un sujet posté sur le site de l'édition Griffe d'Encre. Je cite :

"- L’Eau
Elle couvre 70% de la planète et compose de 55 à 75% du corps humain. Autant dire que l’eau est un élément qui a de quoi mettre la pression.
Levez la tête vers les cieux gorgés de pluie, plongez au coeur des océans, des lacs et des rivières, à moins que vous ne préfériez la glace des banquises, ou pragmatique, l’eau du robinet. Qu’elle soit douce ou salée, potable ou polluée, porteuse de vie ou de désastre, il y a de quoi faire déborder votre imagination
"

J'ai donc décidé de m'arrêter sur ce thème et de construire une histoire. Sachant que la limite est de 50.000 caractères, cela peut laisser une certaine marge.
Je préviens tout de même, je ne suis pas entièrement satisfaite de ce que j'ai écrit. C'est un premier jet, je pense donc que les critiques ne peuvent pas faire de mal pour voir si ça pèche ou si ça ne vaut rien du tout bbb j'aurai ainsi plus de temps pour modifier.

Je poste la première partie, bonne lecture à vous ^^ (ou pas, car c'est encore long)

Nos ancêtres les hommes…

H20. Deux simples molécules qui règnent sur les 2/3 de la Terre. Deux simples molécules qui couvrent un autre monde, un autre univers…
Je n’ai jamais été à l’aise sur le sol des hommes. Comme une inconnue dans un environnement étranger…et quand je regarde ces poissons nager et virevolter derrière ces larges vitres, je me sens encore plus lourde.
Tout autour de moi règne le brouhaha désagréable d’une classe qui s’amuse jusqu’à l’excès. Ils n’ont rien à faire de ces espèces, et encore moins des explications que leur présente le guide sur la sauvegarde de ces dernières.
Personnellement, j’entends à peine ce qui se dit, seuls m’intéresse ces poissons argentés qui passent et repassent sans jamais s’ennuyer.
_Tu sais qu’ils n’ont que 3 secondes de mémoire effective ?
_Hum ?
J’ai levé les yeux, perdue dans mes pensées et Samuel Nanty m’a regardé du coin de l’œil. J’ai été tellement surprise que je me suis senti rougir comme une pivoine. Résultat, j’ai préféré regarder ailleurs, mortifiée.
_Je me demande comment ils nous perçoivent…je ne pense pas que j’aimerai rester coincé le reste de ma vie entre quatre murs…au fond, ce n’est peut-être pas plus mal qu’ils aient une mémoire ridicule.
Je crois que j’ai tenté un sourire qui a fini dans une grimace crispée. Il a eu un simple sourire puis a fait demi-tour pour suivre le groupe. J’ai fait pareil en tenant mon sac à l’épaule. Je l’ai vu rire avec ses amis…deux d’entre eux m’ont regardé avant de continuer à pouffer…cela devait sans doute être un jeu pour eux…

J’ai continué de regarder les poissons en essayant d’oublier ce qui m’entourait : ce voyage de classe stupide et les élèves qui le constituaient…cet aquarium et ces androïdes qui présentaient les espèces d’une voix parfaitement monocorde…
« La planète Terre … »
Je me suis arrêtée près de l’un des hublots et j’ai vu au loin cette boule bleue tachée de blanc. Elle semblait minuscule…comment des millions d’êtres humains avaient pu vivre là-dessus ?…peut-être était-ce pour ça qu’elle était devenue invivable…que nos ancêtres avaient du la quitter pour chercher d’autres sources potables…
_Eh Liana, tu dors ? On part sans toi !
_Que…j’arrive !
J’ai repris mes esprits et j’ai rejoint la classe qui ricanait toujours. Je me suis enfoncée la tête entre les épaules avec l’envie de disparaître…je n’avais qu’une hâte : rentrer chez moi pour vite m’éloigner de tous ces gens qui s’amusaient sans comprendre.

_Bonjour - Liana. Tu - as - passé - une - bonne - journée ?
Il ne pleuvait jamais sur la station. Car il ne pleuvait jamais dans l’espace. Et ces morceaux de vaisseaux attachés les uns aux autres…c’était morbide comme univers. Rien de verdoyant, rien de vivant…que des bouts de ferrailles grisâtres et moroses.
J’ai fait mes devoirs sans vraiment réfléchir, l’esprit ailleurs. J’avais déjà envie de retourner à l’aquarium…
« Liana ! Tu viens ? »
Un petit poisson jaune est passé sous mes yeux. Deux trois hippocampes se sont mis à tourner autour de mon bras, comme pour m’inviter à les suivre. J’ai battu des jambes et j’ai commencé à nager, entourée de cette fameuse H20 si importante pour la vie...je n’avais même pas besoin de respirer, c’était comme si toute cette eau glissait sur moi telle une deuxième peau…
« Allez plus vite ! »
Le petit poisson jaune est repassé devant moi et m’a chatouillé le nez en riant.
« Tu traînes ! »
« Attends, tu vas voir ! »
J’ai accéléré mes battements et des bulles d’air ont commencé à m’entourer. J’ai slalomé entre les rochers couverts de corail en dérangeant les anémones et même une famille de crabe qui se dorait à la chaleur des rayons du soleil qui perçait à travers la surface.

Le petit poisson filait vite et a continué de rire avec amusement, virevoltant devant moi sans jamais s’arrêter.
Soudain, quelque chose est tombé devant nous. Quelque chose de gros et de métallique.
« Qu’est-ce que… »
Nous nous sommes arrêtés net en sentant une présence étrangère.
« Des humains ! Va-t-en avant qu’ils ne t’attrapent ! »
« Je… »
Tous les poissons et crustacés se sont dispersés dans une même vague, tandis que je restais là, à regarder ces barils tracés d’une croix rouge couler lentement jusqu’au fond de la mer. Je les ai vu s’échouer sans bruit dans le sable, les uns après les autres, jusqu’à former un monticule immonde qui écrasait déjà le territoire de plusieurs espèces.
J’ai levé les yeux. Un énorme navire se tenait non loin et couvrait le fond d’une ombre sinistre. Toutes les couleurs, toute cette vie avaient disparu en quelques secondes à peine.
« Mais que… »
L’eau autour de moi a pris une teinte foncée. J’ai fixé ces barils et j’ai vu que l’un d’eux fuyait déjà. Toute cette toxine…
« Allez-vous en ! me suis-je surprise à crier, partez ! Ça va vous tuer ! »
J’ai regardé autour de moi mais la douleur m’a envahi. Brûlante, suffocante…
_NON !

BOUM !
J’ai brutalement repris mes esprits quand je me suis retrouvée les quatre fers en l’air. Je venais de tomber de ma chaise de bureau, totalement sonnée.
_Aie…
J’ai grimacé en me portant une main à l’arrière du crâne. Ce rêve m’a semblé tellement réel que j’ai eu du mal à me remettre sur pied, titubante. Je me suis accrochée à mon lit, un peu perdue.
Mon premier geste a été de me servir un verre d’eau…puis de recracher ma gorgée en me rappelant la chute lente et douloureuse de ces barils juste sous mes yeux.
Je me suis assise et j’ai regardé mon verre d’un œil vide. Pourquoi est-ce que je me sentais si mal ici…et étrangement si bien sous l’eau ?
Je me suis laissée tomber sur mon matelas, le corps endolori et j’ai regardé le plafond de cette chambre qui me semblait décidément sans vie. Totalement sans force, je me suis endormie sans même m’en rendre compte, les jambes brûlantes.

_Bien alors, pour le cours d’aujourd’hui, nous allons nous servir de la vidéo-hologramme. Prenez tous vos lunettes s’il vous plait.
Je suis retournée en cours dès le lendemain en traînant des pieds. Je n’aimais pas vraiment rester enfermée dans une pièce pendant plusieurs heures, surtout pour écouter les discours aseptisés des professeurs qui finissaient tous par prendre peu à peu la couleur des murs. Mais je me suis saisie des lunettes 3D pour faire comme tout le monde et j’ai attendu que l’hologramme soit lancé au-dessus de nos têtes.
_Nous allons donc voir si vous avez écouté les recommandations de notre guide lors de la visite d’hier, a déclaré notre enseignant en lançant les images, qui peut me dire ce qui se passe en ce moment même sur Terre au-dessus les terres d’Inde et d’Asie ?
Une main s’est levée. Justine, la tête de la classe. Toujours réponse à tout.
_La mousson, monsieur.
_En effet, la mousson. Et tu peux nous expliquer en quoi cela consiste ?
_C’est le nom d’un système de vent périodique dans les régions tropicales, surtout actifs dans l’océan indien et l’Asie du sud. Cela se produit quand la terre s’échauffe et se rafraîchit plus vite que la mer.
_Très bien, et par quoi ces vents sont-ils caractérisés ?
_Par de très fortes pluies qui peuvent parfois donner jusqu’à 80% des précipitations totales calculées dans les zones affectées.
_En effet…près de 80% de l’eau tombe en quelques semaines à peine.
Une vidéo s’est enclenchée. Un bruit assourdissant a envahi la classe et nous avons vu des trombes gigantesques envahir ce qui devait être une ville de la Terre. Des centaines de personne se battaient contre ces vagues qui engloutissaient tout sur leur passage. Ils naviguaient sur des radeaux de fortune pour aider les habitants à sortir des ruines de leurs demeures. On a vu les rizières noyées, les routes détruites, la foule de parapluie en Inde pour tenter de supporter cette pluie incessante…
_Où part toute cette eau ? demanda alors un élève dont je n’ai pas relevé le nom, totalement abasourdie par ces vagues gigantesques qui venaient se fracasser contre les falaises.
_Et bien, soit elle s’imbibe dans le sol quand elle le peut, soit elle retourne directement à la mer en ravageant tout sur son passage. Le cycle de l’eau est à la fois simple et complexe. C’est un cercle sans fin entre l’évaporation, la condensation et les précipitations qui permettent en toute fin d’arroser les cultures et de faire vivre les océans.

J’ai dégluti, soudain mal à l’aise. Une vidéo sous-marine défilait sous nos yeux. Le plongeur déambulait parmi les poissons exactement comme je l’avais fait dans mon rêve. C’était tellement calme…et silencieux.
Je n’ai pas pu m’empêcher de grimacer quand un poids a commencé à m’écraser la poitrine.
_Mais pourquoi certaines zones ont tant souffert de la sécheresse ? car c’est pour ça que nos parents ont du fuir la Terre.
_La main de l’homme sur l’écosystème a profondément chamboulé le fragile équilibre que le monde avait réussi à instaurer au fur et à mesure de ses évolutions. Le trou de la couche d’ozone a fait basculer les températures, entraînement une évaporation plus rapide des glaciers et des océans. La mer Morte par exemple, a totalement disparu de la surface à force du pompage massif des pays alentours pour leur propre consommation.
Il nous a montré cet immense désert de sable blanc en un clic sur la télécommande. J’ai eu comme un souffle court. Ma poitrine s’est mise à me brûler de l’intérieur.
_S’en est donc suivi des sécheresses difficilement supportables, sans compter les cours d’eau pollués et impropres pour la population humaine et animale.
_Mais pourquoi avoir fait ça ? je veux dire, c’est stupide, étant donné qu’on a besoin de toute cette eau pour vivre !
_C’est exact, cependant nos ancêtres ont toujours cru que la Terre était impérissable, que ses ressources étaient sans limites. Résultat, ils ont fait plus de dégâts en siècle que tous leurs prédécesseurs depuis le début de l’humanité, tout en pensant que tout se soignerait un jour.
J’ai regardé ces poissons morts flotter à la surface des rivières…et cette marée noire qui a couvert les côtes et engluer des centaines d’oiseaux…une colère sourde m’a envahi sans même que je ne comprenne pourquoi. Et la douleur est devenue plus forte encore.
_Eh…ça va pas ?
Je me suis attrapée le cœur quand ma voisine de table m’a touché le bras. Non ça n’allait pas ! J’avais l’impression d’étouffer sur place. Ça me brûlait tellement que je n’arrivais plus à reprendre mon souffle.
_Monsieur !
J’ai tenté de me redresser quand le professeur a rallumé la lumière au cri de ma voisine. Ça m’a ébloui. J’ai titubé et me suis effondrée sur le carrelage, pliée en deux.
_Liana ! Bon dieu !
J’ai entendu un fracas de chaise et quelqu’un s’est penché au-dessus de moi en me forçant à me mettre sur le côté.
_Elle n’arrive plus à respirer ! Allez chercher l’infirmière vite !
Je me suis sentie partir, paniquée. Je ne voulais pas mourir ! Pas comme ça, sur le carrelage devant tout le monde !
_Liana, tiens ! Prends ça.
J’ai tenté de reprendre une longue inspiration mais ça s’est bloqué au milieu. On m’a alors appliqué quelque chose sur le visage et l’air m’a déjà semblé moins lourd.
_Respire doucement, ne panique pas, ça va aller.
On m’a serré la main alors que j’essayais d’obéir. Mes yeux se sont mis à me piquer, je crois que je pleurais.
_Là, c’est bon…continue de respirer sans te forcer…
J’ai eu moins en moins l’envie de les tenir ouverts. Le monde est devenu de plus en plus petit puis inexistant. J'ai fini par perdre connaissance, le cœur enfin reparti à la normale.

Fin de la première partie, coupée à cause du nombre limite ^^
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Cartman le Mar 01 Juil 2008, 14:02

Bien écrit, assez intriguant.
Vue le sujet je ne m'attendais pas à ça.
avatar
Cartman
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Masculin
Nombre de messages : 2368
Age : 32
Localisation : Saint Priest Lyon
Art de prédilection : Dessin
Loisirs : Jeux Vidéo, Cinéma, Dessin, écriture
Date d'inscription : 25/02/2008

http://www.qsec.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Mar 01 Juil 2008, 19:55

Etrange,
j'attends la seconde partie avant de dire quoi que se soit...
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Mer 02 Juil 2008, 15:31

Je me doute que cela reste dubitatif :) En fait, j'ai essayé d'éviter les écueils et prendre un tour différent pour un sujet aussi large. Le danger est de partir trop loin et de sortir de la catégorie. C'est ce qui m'inquiète en vérité...
Etant donné la taille du texte, il y aura plus de deux parties...mais voici la suite pour le moment. Cela va sans doute vous donner quelques idées, même si ça n'avance pas tant que ça ^^'

Bonne lecture à vous.

"Quand j’ai repris mes esprits, je me suis deviné allongée dans un lit qui sentait le neuf et les draps fraîchement lavés.
_Tiens, voilà notre belle au bois dormant qui se réveille.
Une chaise à roulette est venue dans ma direction. Mademoiselle Lanoy, l’infirmière du lycée s’est penchée vers moi avec le sourire.
_Comment te sens-tu ? tu arrives à respirer normalement ?
_…je…je crois…
_Je pense que oui, assura-t-elle en me prenant le poignet, je vais prendre ta tension, ne bouge pas.
Elle s’est exécutée en posant un truc froid sur ma poitrine et a vérifié le cadran.
_Oui c’est bon, tu es dans la moyenne.
Je me suis à peine redressée sur l’oreiller, les oreilles encore bourdonnantes. Elle m’a longuement observé tandis que j’essayais de retrouver mes repères.
_C’est la première fois que ça t’arrive ?
_Quoi donc ?
_…cette crise d’angoisse.
J’ai froncé les sourcils, un peu perdue.
_Tous les symptômes correspondent. C’est très douloureux, mais pas mortel. Tu as des soucis pour ventiler ton propre oxygène, résultat, tes poumons se compriment par le manque d’air.
_…c’est la première fois…
_Je me doute bien. Tu as des soucis en ce moment ?
J’ai préféré regarder ailleurs.
_Tu es bien intégrée il me semble. Tes camarades t’ennuient ?
_…non.

Elle m’a regardé au-dessus de ses lunettes. Je me suis encore sentie rougir de gêne.
Elle a eu un sourire un peu triste en devinant sans doute ce que je pouvais penser.
_C’est normal que tu ne te sentes pas bien dans ta peau…on est tous comme ça à 16 ans.
_Hum…
_Tu n’es jamais allée sur Terre n’est-ce pas ?
_Pourquoi vous me demandez ça ?
_Pour comprendre pourquoi tu t’es mise à paniquer pendant le cours de monsieur Rolisky. Ses cours sur le climat sont toujours très impressionnants pour ceux qui n’ont jamais vu tomber la pluie.
J’ai légèrement serré les dents. Elle a retiré ses lunettes pour les nettoyer avec un chiffon puis m’a regardé dans un petit soupir.
_J’ai appelé tes parents, ils ne vont pas tarder.
_Que…pourquoi ?
_Tu n’es pas majeur, c’est la règle.
_Ils sont en voyage !
_Oui sur Mars. Ils ont pris le prochain vaisseau, ils devraient être rentrés pour la fin des cours.
_Mais… !
J’ai voulu protester mais cela n’aurait servi à rien. Comme d’habitude. Alors je me suis juste rallongée sous les draps, boudeuse et je me suis appuyée contre l’oreiller. Mademoiselle Lanoy a fait demi-tour, toujours sur sa chaise, et s’est arrêtée devant son ordinateur pour continuer son travail.

_Liana ! Tu vas bien ?
Deux heures plus tard, j’ai récupéré mes affaires une fois que la classe totalement vide. Ma mère est arrivée et m’a prise dans ses bras comme si elle ne m’avait pas vu depuis des années.
_Mamaaan…
_Oh ! Excuse-moi. Tu as encore le teint pale, tu es sûre d’être rétablie ?
_Blanche, laisse-la respirer un peu tu veux ?
Mon père s’est contenté de me regarder en fronçant les sourcils. J’ai attrapé mon sac et je les ai dépassé tous les deux d’un pas sec. J’allais encore avoir droit à un sermon à l’heure du dîner…
_Liana, je peux savoir où tu vas là exactement ?
_A la maison, où veux-tu que j’aille ?
_Et tu peux nous dire ce qui t’es arrivé ?
Je me suis arrêtée devant l’entrée du lycée.
_J’ai failli étouffer. Là, t’es content ?
Son visage s’est refermé et j’ai poussé la porte. Je ne m’entendais pas avec lui. Nous étions trop différents. Pour lui, tout devait être parfait. Et moi, j’étais loin de l’être. Il avait abandonné l’idée de faire de moi une fille populaire dès mon entrée en seconde. A quoi bon, puisque je n’avais envie de rien ?

_Je t’avais dit de ne pas aller dans cette école. Elle n’est pas faite pour toi.
_Pourquoi ? elle n’est pas assez riche à tes yeux peut-être ?
_Ne me réponds pas sur ce ton tu veux ?
_J’ai des amis là-bas !
_Des amis qui ont failli te laisser mourir sur le carrelage !
_Parce que ça va être de ma faute peut-être ?!
_Ça suffit tous les deux !
Ma mère nous a séparé d’une main ferme. J’ai avalé une bouchée de mon steak quand mon père s’est rassis au fond de sa chaise, fulminant.
_Tu as quitté le club de natation sans motif, et maintenant, tu fais une syncope pendant le cours de géographie. Il y a manifestement quelque chose qui ne va pas chez toi.
_Georges !
J’ai jeté mes couverts et j’ai repoussé mon assiette.
_Liana, attends ! Ce n’est pas ce qu’il voulait dire !
_Bien sûr que si ! Je ne fais jamais rien comme il faut pour lui ! Il faudrait que je vive dans une grotte pour lui plaire !
_C’est pour ta sécurité !
_Ma sécurité contre quoi ?! contre le monde entier ?! on vit sur une station orbitale ! sur un tas de ferraille morbide et laid au possible ! Il n’y a rien à faire ici à part aller en cours et pleurer sur la Terre !
_Pourquoi la Terre t’intéresse autant ? tu n’y as jamais mis les pieds !
_Je veux nager !
Ils m’ont tous les deux regarder avec les yeux ronds.
_Je…je veux nager…parmi les poissons…je veux…voir les océans…sentir la pluie sur mon visage…je veux…
Je n’ai pas trouvé mes mots, babillant sans que mon cerveau trouve la connexion. Mon père a pris une très longue inspiration et s’est levé de table.
_Tu ne peux pas aller sur Terre. Elle est polluée.
_J’irai d’une manière ou d’une autre !
_Ne sois pas stupide ! Tu peux parfaitement aller nager ailleurs ! Tu le faisais bien avant !
_Dans une eau bourrée de chlore ? Où les gamins se soulagent sans gêne même sous les yeux de leurs parents ?!
_Bon sang Liana, ne joue pas l’enfant ! Tu n’iras jamais sur Terre ! Je te l’interdis !
J’ai serré les dents à me faire mal à la mâchoire. Ma mère a soupiré en se passant une main sur les lèvres. J’ai fait volte-face et je suis allée m’enfermer dans ma chambre en claquant la porte.

_J’en ai marre…
Je me suis enfouie sous mon oreiller et je l’ai serré entre mes doigts. Qu’est-ce qui n’allait pas chez moi ?
« Liana ? je peux entrer ? »
_Hummm…
Ma mère a passé une tête puis s’est glissée à l’intérieur sous la lumière tamisée de ma lampe.
_Tu devrais retirer cet oreiller, tu vas finir par manquer d’air.
_…ch’uis bien là…
Elle a soupiré puis s’est assise au bord de mon lit.
_Tu sais à quel point ton père peut être têtu. Mais il n’est pas mauvais…il veut juste…que tu te fasses à ce monde.
_Je n’aime pas ce monde.
_Tu as 16 ans Liana, tu n’en connais encore rien !
_Et comment veux-tu que je le connaisse s’il m’oblige à rester enfermer à longueur de journée sur cette maudite station ?!
J’ai rejeté mon oreiller et elle a de nouveau soupiré d’une mine désolée. Elle a baissé les yeux et m’a présenté un flyer d’une main franche.
_Tiens…tu peux aller là-bas si tu veux. C’est un peu éloigné mais…tu devrais t’y plaire.
_Qu’est-ce que c’est ?
J’ai pris ce morceau de papier glacé et j’y ai vu la présentation d’une autre piscine ouverte récemment.
_Un espace d’eau douce. Pas de chlore, pas de javel… que de l’eau pure. J’y suis allée une ou deux fois.
_Avec papa ?
_Pas vraiment non…il n’aurait pas supporté.
_Pourquoi ?
_Disons que…c’est assez compliqué. Mais je t’autorise à y aller. A condition que tu fasses attention.
_Je n’ai pas l’intention de me noyer si c’est ce que tu sous-entends.
Elle a eu un large sourire comme si j’avais dit une bêtise.
_Ne te couche pas trop tard, tu veux ? tu as eu une dure journée…
Elle m’a embrassé sur le front comme une enfant et a quitté la chambre sans faire de bruit. J’ai regardé le flyer d’une mine intriguée. Est-ce que cela allait vraiment m’aider à me débarrasser de cette envie furieuse ?
_Je n’ai pas vraiment le choix…
J’ai eu un long soupir en le déposant sur ma table de nuit et j’ai tapé des mains pour éteindre ma lampe. Je les ai entendu se disputer de l’autre côté de la cloison mais je me suis bouchée les oreilles en bonne hypocrites pour essayer de dormir. Quelques minutes plus tard, je ronflais presque."

Je m'excuse si vous trouvez des fautes d'orthographe ^^' en gageant que cela vous a plu malgré tout.
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Cartman le Mer 02 Juil 2008, 21:24

Cette 2eme partie me plais beaucoup en effet. Pour les fautes d'orthographe je peux pas car je suis Mister Coquilles !!!
avatar
Cartman
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Masculin
Nombre de messages : 2368
Age : 32
Localisation : Saint Priest Lyon
Art de prédilection : Dessin
Loisirs : Jeux Vidéo, Cinéma, Dessin, écriture
Date d'inscription : 25/02/2008

http://www.qsec.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Mer 02 Juil 2008, 21:33

Je commence à comprendre où tu veux aller.
Je te dirais de continuer, pour l'instant, tu arrive bien à respecter la structure d'une nouvelle.
De plus, l'eau étant omniprésente, je pense que tu n'es pas hors sujet.

A quand la suite...
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par isangeles le Mer 02 Juil 2008, 22:41

Je viens de lire le tout ! J'aime beaucoup. On sent effectivement la route que tu désires prendre. Mais méfiance, tu as l'air d'avoir tiré des leçons du précédent texte. Bref, la structure du récit est bonne. On avance dans le texte comme on s'immerge dans l'eau : progressivement. Les petites touches que tu donnes sont comme des mini touches de peinture sur un vaste tableau qui peu à peu prend vie et sens.
Je pars pour deux mois, je ne vais pas pouvoir lire la suite avant le mois de septembre. Ainsi ne soit pas offusqué si je ne viens pas poser de commentaires ! (pareil pour L'Errant et Cartman). mais je me rattrape à la rentrée :)
En tout cas, tu n'es pas hors-sujet (et je sais de quoi je parle... hin hin hin).


Dernière édition par isangeles le Jeu 03 Juil 2008, 17:38, édité 1 fois
avatar
isangeles
Navigateur
Navigateur

Masculin
Nombre de messages : 235
Age : 43
Date d'inscription : 04/06/2006

http://effilocheur.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Jeu 03 Juil 2008, 14:04

Contente que cela vous plaise ^^

Je vous présente la troisième partie, qui je pense, commence à tourner différement. Sans doute prise par la limite de caractère, j'ai voulu accélérer les choses. Maintenant, tout est de voir si cela passe ou non :s

Bonne lecture à vous.

" _Tiens, tu es déjà de retour ? Tu vas mieux ?
Dès le lendemain, j’ai été assailli de question par les élèves présents lors de ma crise. Je les ai rassuré en essayant de ne pas me cacher derrière mes livres. Pour eux, c’était comme si j’étais devenue quelqu’un d’extrêmement fragile ou de totalement débile, et ils me regardaient comme s’ils ne m’avaient jamais vu. Et dire que deux ans auparavant, c’était eux qui me suivaient pendant les cours de natation…
J’ai soigneusement caché le sac de sport que j’avais pris avec moi pour l’après-midi et j’ai suivi les leçons comme si ne rien était. J’ai nerveusement évité l’infirmerie de mademoiselle Lanoy à l’heure du déjeuner et j’ai quitté le bâtiment après m’être acheté un sandwich au restaurant.
Ma mère avait raison, cette piscine était carrément à l’autre bout de la station. Cela m’a pris une bonne heure dans les transports et une bonne demi-heure pour la trouver dans le dédale des ruelles. Elle ne payait pas de mine, cachée derrière une façade de ferraille et de néons du plus mauvais effet.

Je suis entrée avec appréhension, une main serrée autour de la hanse de mon sac. Il y avait déjà du monde et un brouhaha explicite envahissait le hall. J’ai payé mon entrée et j’ai fouillé l’endroit pour dénicher les vestiaires. C’était propre, net et bon enfant. Des bambins, il y en avait partout qui couraient sous les douches avant de se jeter dans le petit bassin. J’ai regardé autour de moi après avoir vérifié la teneur de mon bonnet de bain, nerveuse.
Je me suis massée l’épaule droite, la plus fragile, et je me suis dirigée vers le grand bassin. Je me suis redressée et j’ai vu que les murs étaient couverts de grandes glaces qui reflétaient les lumières de la station des alentours…
J’ai repris mes esprits lorsque j’ai été éclaboussé par un grand type sans gêne.
« Je dois y aller doucement…cela faisait trop longtemps que je n’ai pas tenu un rythme soutenu »
Je suis entrée dans l’eau par étape et aussitôt cette sensation de bien être m’a envahi. J’ai plongé et tout mon univers s’est transformé. Les poissons se sont dessinés, les coraux, le reflet du soleil sur l’eau…j’étais redevenue cette enfant qui aimait par-dessus ce monde-là, si simple et à la fois si coloré…jusqu’à ce qu’une baleine vienne se mettre dans mon champ de vision.
« C’est pas vrai ! »
J’ai jailli hors de l’eau pour éviter de rentrer dans ce nageur qui roulait des mécaniques auprès des midinettes du coin. D’où il sortait celui-là encore ?
« Bon sang… »
Je me suis accrochée au rebord en me passant une main sur le visage. Cette eau était claire et n’agressait pas la peau. C’était bien plus agréable que les piscines de chlore. Mais il y avait toujours des imbéciles qui se croyaient roi et qui gênaient les autres.
_Je me disais bien que je connaissais cette nageuse.
_Que… !
J’ai brutalement redressé la tête quand une silhouette accroupie s’est dessinée sur le rebord. Samuel !
_Je reconnaîtrais ta façon de nager entre mille, me lança-t-il dans un grand sourire, effectivement tu vas mieux.
_Je…
Je me suis aussitôt éloignée, paniquée. S’il racontait à tout le monde qu’il m’avait vu ici, les rumeurs de ce matin allaient s’amplifier !
_Eh attends ! Ne t’en vas pas comme ça !
J’ai fait demi-tour sans attendre et je me suis faufilée entre les nageurs pour lui échapper. J’ai juste entendu un plouf quand j’ai atteint l’autre côté pour monter les trois marches et regagner la surface.

_Tu ne devrais pas sortir aussi vite !
Je me suis arrêtée net, de l’eau jusqu’à la taille et je l’ai venir vers moi en grande brassée.
_Ce n’est pas bon pour tes poumons. Il faut sortir de là par palier.
Je l’ai regardé sans y croire.
_J’ignorais qu’on était au fond de la mer.
_Non mais tu…
_Eh Sam ! Qu’est-ce que tu fous ?! ça va bientôt fermer !
Il a été stoppé dans son élan par sa bande d’amis qui se trouvait non loin sur les berges. Des gens du lycée évidemment.
« Oh non… »
J’ai subitement lâché l’escalier. J’ai plongé sous l’eau pour éviter qu’ils me voient et je me suis collée au mur. J’ai attendu, le cœur battant. J’ai fermé les yeux et j’ai essayé d’oublier le stress qui m’habitait alors. J’ai revu les poissons…dès que je m’abandonnais, je retournais dans ce monde qui me plaisait tant. Si loin de la réalité…
« Il ne tient qu’à toi à le rendre vrai… »
« Je… »
J’ai rouvert les yeux et un visage s’est dessiné juste sous mon nez. Le visage d’un garçon avec les yeux entièrement noirs. Sans pupille, sans iris. C’était effrayant !
« Non ! »
J’ai jailli à la surface pour reprendre un bol d’air mais mes poumons se sont enflammés. J’ai serré les dents et me suis accrochée à l’escalier, la gorge sèche. Ça recommençait ! je n’arrivais plus à respirer correctement !

_Ah !
Deux mains m’ont alors subitement attrapées par les épaules et m’ont tiré en arrière. Je me suis violemment débattue tandis qu’elles me maintenaient sous l’eau.
« Calme-toi ! Je ne veux pas te faire de mal ! »
Je me suis agrippée aux bras qui me tenaient et j’ai reconnu le visage de Samuel avec ses yeux clairs. Comment est-ce que…
« Tu m’entends n’est-ce pas ? »
J’ai cessé de gesticuler et il m’a doucement relâché. Nous nous sommes fait face et il m’a souri malgré les bulles d’air qui lui sortaient des oreilles.
« Comment… ? »
« N’y pense pas pour le moment »
« Mais… »
« Tu dois remonter lentement à la surface. Si tu vas trop vite, tes poumons ne vont jamais avoir le temps de se refaire à l’oxygène »
J’ai froncé les sourcils.
« Je ne comprends pas »
« Fais comme moi et tout ira bien »
Il m’a pris la main et m’a doucement tiré vers le haut. Je me suis laissée faire comme une enfant et j’ai doucement sorti la tête de l’eau. Il m’a poussé vers les escaliers et j’ai pu enfin quitter le bassin malgré le tremblement de mes jambes.
_Ça va mieux là non ?
Il est sorti à son tour, dégoulinant et m’a souri quand je me suis éloignée brutalement de lui. Ses amis s’impatientaient de l’autre côté. Ils m’avaient vus.
_Reviens vers 18 heures…la piscine sera vide. Je t’expliquerai tout.
_M’expliquer quoi ?
_Pourquoi tu te sens si mal sur terre par exemple.
J’ai reculé la tête, surprise, et il a fait demi-tour sans attendre afin de rejoindre ses camarades. Je suis restée seule pendant un moment jusqu’à ce qu’un frisson m’envahisse. J’ai décidé de regagner les vestiaires où j’ai trouvé une cabine vide. Je m’y suis assise, fatiguée.

Je ne comprenais pas ce qui venait de se passer. Pourquoi Samuel s’intéressait à moi d’un seul coup ? c’était un garçon populaire, il n’avait pas besoin de s’occuper d’une fille paumée…encore moins devant ses amis qui n’allaient pas manquer de le charrier à cause de notre discussion.
J’ai regardé ma montre après m’être lentement rhabillée. Il restait à peine une demi-heure avant son mystérieux rendez-vous. Je me suis doucement séchée les cheveux, pensive et je suis restée dans la cabine jusqu’à ce que les femmes venues se changer quittent la pièce. Je n’en suis sortie que lorsqu’il n’y a eu plus aucun bruit.

Je suis retournée du côté du bassin avec mon sac de sport, mais tout était désert. J’ai regardé autour de moi, intriguée. Je suis allée voir du côté de l’accueil et je l’ai vu clôturé. La piscine fermait à 17h45. Cela faisait un quart d’heure que j’étais enfermée à l’intérieur...

Voilà, coupure un peu maladroite, mais sinon ça ne rentre pas dans le cadre ^^
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Jeu 03 Juil 2008, 20:16

Pas si maladroite que cela.
Je pense avoir une idée de la suite, mais je préfère me taire pour les autres et surtout au cas où je me trompe.Mr. Green

Je n'ai pas grand chose à dire pour l'instant car bien que nécessaire pour l'histoire, cette partie n'apporte pas grande nouveauté.
Toutefois je crois que la prochaine compensera.

Je dirais que tu as fait du bon travail tout en respectant les contraintes qui t'ont été assignés...
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Cartman le Jeu 03 Juil 2008, 21:02

Du bon boulot j'attends la suite avec impatience.
avatar
Cartman
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Masculin
Nombre de messages : 2368
Age : 32
Localisation : Saint Priest Lyon
Art de prédilection : Dessin
Loisirs : Jeux Vidéo, Cinéma, Dessin, écriture
Date d'inscription : 25/02/2008

http://www.qsec.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 04 Juil 2008, 14:18

Je pense que vous allez vite comprendre avec cette partie... ou pas ^^ j'ai essayé de distiller les indices, après, faut voir si ça se "voit" vraiment avant la fin ou si vous avez toujours des doutes :p

"_C’est pas vrai…je me suis faite avoir comme une bleue !
J’ai repris ma serviette et je suis allée voir du coin de l’eau en espérant y trouver quelqu’un, un maître nageur peut-être…mais quand je me suis approchée du bord, j’ai vite remarqué une tache sombre au centre. Quelqu’un qui flottait sur le ventre.
_Nom de dieu… !
J’ai jeté mon sac et mes baskets avant de me jeter à l’eau pour vite retourner cette personne et l’aider à respirer.
_Qu’est-ce que…
J’ai tiré la personne vers moi avant de reconnaître cette couleur jaune bien familière. J’ai senti la honte me monter au visage.
_C’est très amusant ! Vraiment !
J’ai brutalement rejeté le mannequin utilisé pour les cours de sauvetage et un rire a résonné dans toute la pièce. J’ai repoussé mes cheveux, prise sur le fait, et Samuel est apparu, hilare.
_Très beau plongeon. J’ai adoré !
Il a applaudi, debout en maillot de bain.
_Ça t’amuse espèce de crétin ?! J’ai cru que quelqu’un se noyait !
_Désolé, me dit-il avec sincérité, mais je devais trouver un moyen de te faire rentrer dans l’eau.
J’ai eu le souffle court quand il s’est approché du bord. Il a plongé d’un saut et m’a rejoint d’une longue brassée. J’ai rapidement reculé, méfiante. C’était un guet-apens et je n’avais pas l’intention de me laisser faire.
_Pourquoi as-tu quitté le club de la natation ? me demanda-t-il alors que je nageais à reculons, tu étais bien partie pour être la meilleure.
_Je ne vois pas en quoi ça te regarde.
_Tu as commencé à changer n’est-ce pas ?
_Je te conseille pas d’approcher !
J’ai plongé pour filer loin de lui et regagner les escaliers. Mais il est soudain apparu devant moi, les yeux entièrement noirs.
« Aah ! »
J’ai fait volte-face mais il s’est glissé juste sous mes jambes pour me doubler avec une vitesse impressionnante.
« Ça ne sert à rien »
« Laisse-moi tranquille ! »
« Si tu sors de l’eau comme ça, tu vas étouffer ! »
Je me suis arrêtée net, les mains sur le mur. Il m’a regardé en continuant de nager vers moi.
« Ça fait déjà plus de 5 minutes que nous sommes sous l’eau, tu ne t’es jamais demandé comment tu faisais pour tenir aussi longtemps sans reprendre ton souffle ? »
« Je…je ne sais pas »
« Et comment peut-on parler sans ouvrir la bouche ? »
« Je…je n’en sais rien ! »
« Tu ne t’es jamais posé de question ? »
« Bien sûr que si ! Bon sang, laisse-moi tranquille ! »
Je me suis dirigée vers la surface mais je me suis arrêtée quand je me suis saisie de l’échelle. Mes mains…
« Qu’est-ce que… ? »
J’ai écarté les doigts sans y croire. Des palmes étaient apparues sans même que je ne le sente. J’ai regardé mes pieds…ils étaient dans le même état.
« C’est pas vrai ! »
« Liana, calme-toi ! »
« Que…qu’est-ce qui m’arrive ?! »
« Rien. Tu redeviens juste comme avant »
J’ai dégluti de travers, totalement paniquée. J’avais beau me regarder, je n’étais plus la même.

Samuel est venu vers moi et m’a attrapé les poignets. Je l’ai violemment repoussé et je me suis précipitée par les marches.
_Shhhh !
Dès que j’ai mis le nez dehors, j’ai senti que je ne pouvais pas reprendre ma respiration et je suis retombée à la renverse dans un gros plouf, le cœur palpitant. Je n’ai vu que des bulles quand Samuel est apparu au-dessus de moi, imperturbable.
« Quand est-ce que tu vas comprendre… »
« Qu’est-ce que tu m’as fait ?! »
Il a cligné des paupières et ses yeux noirs ont retrouvé leurs pupilles bleues et leurs iris blanches. Il m’a regardé avec un air surpris, battant à peine des jambes.
« Moi ? mais rien du tout. Tu as toujours été comme ça »
« Je ne te crois pas ! »
Il a froncé les sourcils et s’est approché d’autant plus. J’ai reculé mais il a levé une main et m’a attrapé par la nuque.
« Aie ! Lâche-moi ! »
« Liana arrête »
Il m’a bloqué les mains et a appuyé à l’arrière de mon cou. J’ai poussé un cri de douleur en sentant quelque chose en sortir.

Soudain, le poids que j’avais sur la poitrine s’est envolé.
« Là…c’est mieux non ? »
Il m’a doucement lâché une paume en gardant quelques doigts de l’autre entre les siens. J’ai tâté mon cou et j’ai retenu un autre cri de surprise : j’avais deux trous qui s’ouvraient et se fermaient à intervalle régulier.
« Qu’est-ce que…c’est ? »
Il a eu un sourire légèrement moqueur.
« De quoi te permettre de respirer sans contrainte. Viens »
« Je…attends ! »
Il m’a tiré vers lui puis m’a lâché pour s’élancer dans une course, les jambes jointes pour aller plus vite.
« Allez viens. On va voir lequel de nous deux est le plus rapide ! »
« Tu…tu ne m’as pas dit ce qui m’arrivait ! »
« Réfléchis petite, réfléchis »
« Petite ? »
Il s’est mis à rire puis a tourbillonner sur lui-même avant de faire volte-face et revenir vers moi.
« Nage Liana. Tu n’en as pas envie ? »
« Je… »
J’ai regardé mes mains. Puis j’ai touché mon cou.
« C’est impossible… »
« Rien n’est impossible ! se moqua-t-il en s’arrêtant devant moi, tes parents ne te l’ont jamais raconté ? »
« Quoi donc ? »
« L’exode »
J’ai doucement battu des jambes et il m’a contourné sur le dos dans une belle roulade. Je n’avais jamais vu quelqu’un nager aussi librement.
« L’exode…quand nos ancêtre ont quitté la Terre ? »
« Hum hum. Les hommes sont tellement bêtes…enfin ! Quand je dis les hommes, je veux parler des êtres humains hein ? »
J’ai eu un rire amusé devant son air gêné. J’ai doucement commencé à nager et j’ai été surprise de voir avec quelle facilité je pouvais bouger mes membres.

J’ai fait une longueur, puis deux…même mon épaule ne me faisait plus souffrir !
Samuel est venu près de moi et nous avons commencé à faire la course. A une vitesse folle je dois bien l’avouer. Ça m’a tellement grisé que je me suis mise à rire sans raison particulière.
« Attention ! »
J’ai pillé net quand il a crié. J’ai failli me prendre le mur de limite.
« C’est ça le souci…soupira-t-il alors que je reprenais doucement mes esprits…on ne peut pas aller plus loin… »
J’ai repris mon souffle et toute l’allégresse s’est évanouie. J’ai même commencé à me sentir mal…
« Il faut que je sorte »
« Je…attends ! »
Je suis lentement remontée à la surface et j’ai senti mon cou changer de forme. Mes doigts se sont affinés et j’ai pu marcher sans risquer de glisser sur le carrelage froid.
_Liana…
J’ai repoussé mes cheveux dégoulinants et j’ai essayé de les essorer un peu, les mains tremblantes.
Samuel est arrivé derrière moi et a retiré le bonnet de bain rouge qu’il portait depuis le début. Il s’est frotté le haut du crâne, redevenu totalement humain et m’a regardé avec une mine attristée.
_Quand les hommes se sont rendus compte que c’était trop tard…que la Terre ne serait plus jamais la même…ils ont décidé de prendre la fuite et de chercher une planète d’accueil pour tout recommencer. Nos ancêtres n’ont pas pu faire autrement…l’eau, les océans…tout était envahi. Et il y avait la promesse d’un monde meilleur. Ils ont suivi en espérant pouvoir bientôt nager à nouveau…
Je l’ai regardé et il s’est arrêté à mes côtés.

_…mais ça n’est jamais arrivé. Alors ils ont du se fondre dans la masse. Jouer les êtres humains normaux…cacher ce qu’ils sont et surtout éviter les lieux publics comme celui-ci…
_Ils ne m’ont jamais empêché de nager. Mes parents…
Il a eu un simple sourire gêné.
_Tu n’avais pas encore changé.
_Mon père est très dur. Il refuse que je me montre trop aux autres. Ma mère…m’a donné un flyer pour cet endroit, mais…je ne sais pas si…
_Si elle sait ? Evidemment. Tu n’as pas été adopté.
Je me suis tournée de son côté. Il s’est contenté de hausser les épaules.
_Je suis désolée…
_Je fais avec, que veux-tu ? mais ce n’est pas là le sujet. L’important, c’est que tu saches.
_Pourquoi ?
Il s’est massé la nuque et a eu un long soupir.
_Cela aurait fini par te tuer. J’ai vu comment tu étais pendant le cours de géographie…tu le vivais comme si tu y étais. Tu nageais avec les poissons, n’est-ce pas ? tu avais vraiment l’impression d’être sous l’océan.
Je n’ai pas répondu, les dents serrées.
_C’est plus fort que nous, Liana. C’est notre nature. L’eau est notre élément. Nous sommes venus sur les côtes, parce que nous devions survivre quant à l’expansion de la civilisation sur nos terres…mais nous ne sommes bien que lorsque nous nageons.
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Ven 04 Juil 2008, 16:18

Enfin je comprends le début du texte.
Bien que l'eusse auparavant quelques hypothèse, je dois dire que ton histoire était vraiment zarb avant cette partie.
Le coup d'une autre espèce semblable aux humains est bien vue.
Je doute que quelqu'un ai pu avoir la même idée que toi pour ce concours.

A quand la suite ?
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 04 Juil 2008, 16:24

Oui voilà je voulais à tout prix me démarquer de ce qui peut être fait. D'où un contexte particulier qui peut désarçonner à la première lecture...

La suite très bientôt ^^
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Ven 04 Juil 2008, 16:25

Pour désarçonner, tu désarçonnes.
Perso j'étais totalement paumé... Mr. Green
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum