Projet S.F noir pour B.D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Projet S.F noir pour B.D

Message par OPY le Ven 05 Juin 2009, 16:24

bonjour,

Fan de S.F et de bande dessinée, je me suis lancé dans un truc un peu fou : j'ai écris un scénario !!!!
Mais comme je l'ai conçu planche par planche et que c'est un peu indigeste, voici une approche plus lisible de l'histoire que je vais vous proposer…
L’histoire est plus axée sur les personnages que sur l'univers dans lequel elle se déroule.

présentation:


De nos jours, une entité extraterrestre, proche de l'homme dans ses caractéristiques génétiques et physiques,  se rend sur terre pour récupérer plusieurs humains qui, selon les sages, doivent sauver leur peuple de l'extinction. Elle possède le don de pouvoir intégrer le corps de chacun d’eux afin de les contrôler et les mener où il veut.

Découvrez les destins mêlés d'une petite fille de 8 ans et de plusieurs personnages, tous aussi importants les uns que les autres.
Suivez cette petite fille jouant dans un parc avec son frère, qui devient plus tard l’élue d’un peuple venu d'ailleurs, pourchassée par les ennemis de ce même peuple, et qui pour finir, voyagera dans un tunnel temporel pendant 8 ans.
Ses souvenirs et sa mémoire seront remplacés par les données concernant sa nouvelle vie.
Elle deviendra pilote de chasse hors paire et aura besoin de drogues pour maintenir un équilibre entre son ancienne mémoire, qui est de plus en plus présente, et sa vie actuelle.

Personnages:

- Une petite fille de 8 ans (l'élue qui mettra fin à la guerre des différents peuples humains à travers les galaxies).

- Un extraterrestre qui va vite se faire dépasser par les événements et qui cherche à prendre le contrôle de l'élue et de ses protecteurs pour les emmener en sécurité dans une autre galaxie.

- Un clone humain d’un garçon de 8 ans, crée par l'entité extraterrestre pour l'aider à gérer toutes les personnes qu’il doit ramener.

- Les fameux protecteurs de l'élue qui sont : un militaire russe emprisonné pour de multiples meurtres et un père de famille détruit par la perte de ses proches.

Ajouter à cela : une fille de 8 ans qui tombe amoureuse d'un clone humain de son âge, les protecteurs qui sortes du contrôle de leur hôte, un extraterrestre qui ne comprend pas assez les sentiments humains pour garder le contrôle de ses hôtes, une menace qui approche de notre planète et plus encore......

Voilà ce qui vous attend dans XXXXXXXXX !!!
Chaque mardi je vous donne un un petit résumé qui équivaut à 5 , 6 pages.
Merci d'avance de vos critiques et remarques même assassines si c'est nécessaire sur certains points.
avatar
OPY
Paysan
Paysan

Masculin
Nombre de messages : 16
Age : 44
Localisation : 95100
Art de prédilection : l'imaginaire
Loisirs : photo/semi-marathon et bien sur la bd
Date d'inscription : 19/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

part 1

Message par OPY le Jeu 11 Juin 2009, 11:58

De nos jours… dans une galaxie inconnue…
Vue sur un vaisseau suivi d'une masse gazeuse qui se trouve à bonne distance.
Cette masse stoppe, implose et en son centre, se forme un trou noir qui attire le vaisseau. Celui-ci semble ralentir, malgré une poussé des réacteurs plus importante, et il commence à être aspiré.
D'un seul coup le vaisseau fait demi-tour, se propulse à fond vers le trou noir. A cet instant, une capsule s'éjecte de l'arrière du vaisseau et réussit à sortir de l'attraction du trou noir. Elle disparaît en un éclair et quitte la galaxie. A l'approche du trou noir, le vaisseau se rétracte sur lui-même à cause d'une pression énorme et finit en miettes.
L'attraction s'arrête et s'inverse. Les débris du vaisseau qu'elle vient de détruire sont rejetés. Dans un énorme nuage de fumée sort un vaisseau très imposant (comme une plate-forme cylindrique, à la verticale, avec un réacteur qui fait toute la circonférence arrière du vaisseau). Le trou noir se transforme de nouveau en une poche de gaz qui reste immobile derrière le vaisseau.
Entre temps, la capsule qui a réussi à emprunter un tunnel spacio-temporel, réapparaît dans notre galaxie. Ses réacteurs s'arrêtent et elle reste en orbite au-dessus de la terre. Le cockpit s'ouvre et laisse place à un humanoïde (qui ressemble à un homme sous sa combinaison). Il ouvre la visière de son casque. On découvre son visage : il n'a pas de bouche, le bas du visage est relativement carré, les globes oculaires sont bouchés mais ils semble y avoir une activité derrière la "peau". Il meurt d'asphyxie très vite… son geste semblait délibéré. Aussitôt sa combinaison se vide et en lieu et place de son coprs, une substance violette sort de la combinaison. La capsule se désagrège tout au long de leur traversée dans l'atmosphère.

Dans la galaxie que la capsule a quittée, le vaisseau est en position stationnaire, réacteurs éteints. Des centaines de "drônes" sortent de différents endroits du vaisseau et commencent a sillonner l'espace. Chacun part dans une direction différente, s'arrête et envoit comme un flash puis repart. Puis soudain c'est l'agitation. Une dizaine de drônes ont encerclés une zone. Ils se rassemblent tous pour former une toile d'araignée autour de cette zone.
A l'intérieur du vaisseau, on voit sur un écran de contrôle en trois dimensions, les images du passage de la capsule par le tunnel. L'inscription sous le schéma apparaît : trajectoire d'entrée synchronisée. Des arcs électriques partent des extrémités pour converger vers le centre.
La masse gazeuse s'engouffre dans le tunnel, suivi d'un transporteur qui vient de quitter une air de lancement du vaisseau principal. Le transporteur est constitué d'un long cylindre principale (qui n'est qu'un réacteur) avec sur chaque côté une vingtaine de modules ronds.

10h : une petite fille fait du vélo dans un parc en Suisse, sous les yeux de sa mère et de son petit frère.
14h : au fin fond de la Sibérie, dans une prison militaire, un détenu dort dans sa cellule.
19h : un homme dans le quartier des affaires à Sidney, va à son bureau.
Ils vont tous perdre le contrôle de leur vie et bien plus.
avatar
OPY
Paysan
Paysan

Masculin
Nombre de messages : 16
Age : 44
Localisation : 95100
Art de prédilection : l'imaginaire
Loisirs : photo/semi-marathon et bien sur la bd
Date d'inscription : 19/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

part 2

Message par OPY le Dim 26 Juil 2009, 16:17

part2
par OPY le Jeu 23 Juil 2009, 18:12



2010/ 10H GMT EN SUISSE

Nous sommes sur terre et plus précisément dans le fameux parc des jardins anglais. Le temps est magnifique pour un mois de mars. Le jardin est déjà envahi de promeneurs, joggers et touristes. Anna, une petite fille de huit ans, les cheveux bruns mi-long lachés, des yeux verts foncés, une silhouette élancée. Elle fait du vélo et dit bonjour à chaque fois qu'elle croise un passant. Soudain sa maman, qui se trouve assise dans l'herbe avec un livre, l'appelle et lui demande de venir jouer avec son petit frère.
Elle abandonne son vélo à contre coeur et se dirige vers son petit frère de trois ans qui se trouve à une vingtaine de mètres de sa mère. Il est assit juste devant un arbre. Arrivée à sa hauteur, elle l'enlace au niveau de la taille. Son frère temps son bras vers l'arbre et dit : "bouge n'arbre".
Elle lève la tête et voit une substance violette sur l'écorce de l'arbre, qui bouge de façon très rapide et désordonnée. La substance forme un vague visage humain qui leur fait face. Le visage s'incline vers le bas comme par respect, puis il se redresse.
D'un seul coup, il se projette en direction des enfants. Anna, complètement paniquée, essaye de tirer son frère, hilare. Le visage frappe de plein fouet la tête d'Anna qui bascule et s'effondre au sol, inanimée. La substance, qui est plaquée sur l'ensemble de la tête d'Anna, s'insinue dans ses oreilles, son nez, sa bouche et ses yeux. Son frère est maintenant en pleurs et leur mère accourt, alertée par les cris de son fils.

2010/ 17H GMT EN SIBERIE AU MEME MOMENT


Une prison militaire à coté de la ville de Bérézov, d'un côté les Monts Oural, de l'autre les grandes plaines de Sibérie. Une prison posée au milieu d'une plaine à côté d'un petit bois (c'est en fait une immense forêt mais en comparaison à la plaine qui l'entoure, la fôret semble ridicule). Des tours en béton en guise de mirador, des murs d'enceinte immenses, plusieurs bâtiments de cinq étages et près de 1000 détenus qui n'existent plus pour personne.
Alexandre Ivanof est l'un de ces détenus.
Lors de la prise d'otage d'une école en 2004 dans la ville de Belsan en Osétie, plus de 355 personnes sont mortes et plus de la moitié étaient des enfants. Son fils et sa femme étaient parmi les victimes.
Commandant d'une unité d'élite en poste en Tchétchénie à ce moment là, il demanda des explications à sa hiérarchie sur l'opération.

Il obtint une rencontre au ministère des armées avec une partie des responsables de l'assaut. Ce jour là, il tua neuf des personnes présentes, sept hommes et deux femmes, il rendit un grand service à l'administration en place sans le savoir.
Condamnée à la prison à vie, il est depuis 2004 dans la cellule B7 qui fait 2 mètres par 3.
Il est allongé sur sa couchette, il somnole. Il n'y a pas de fenêtre dans sa cellule, juste une meurtrière.
C'est par là que la substance violette entre. Elle rampe au plafond et s'arrête au-dessus du visage d'Alexandre. Le même visage qu'en Suisse apparaît, avec un air plus grave. Il se jette sur Alexandre et, en un instant, disparaît par tous les orifices.


2010/ 20H GMT EN AUSTRALIE AU MEME MOMENT

Le cartier des affaires à Sydney, un taxi dépose Garry Hanson, ingénieur dans le domaine aéronautique, devant une tour de 50 étages. Il est au téléphone avec sa fille, il lui dit bonsoir et qu'il viendra l'embrasser dès qu'il aura fini son travail. Il arrive dans son bureau au 20e étage, un grand open space avec plusieurs bureaux . Il s'assoit derrière son écran et commence à travailler.
Des fenêtres immenses tout le long du bureau. Sur l'une d'elle à l'extérieur, la substance violette. La seconde suivante, la substance est passée sur la face intérieure de la fenêtre. Le visage se forme sur la substance, le ton grave. Garry ne lève pas le tête de son Pc. Elle se jette sur lui. Il s'effondre.

Vous êtes les ancêtres de notre race, le début de notre évolution.
Descendants de sang royal ou de protecteurs, votre destin ne vous appartient plus.
Je m'appelle Opy.
avatar
OPY
Paysan
Paysan

Masculin
Nombre de messages : 16
Age : 44
Localisation : 95100
Art de prédilection : l'imaginaire
Loisirs : photo/semi-marathon et bien sur la bd
Date d'inscription : 19/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet S.F noir pour B.D

Message par OPY le Dim 26 Juil 2009, 20:00

PART 3

Un peu plus tard.....
En Suisse

Anna ouvre les yeux, elle est allongée par terre. Elle entend le bruit des vagues. Elle se redresse en faisant grincer le parquet sur lequel elle se trouve. En face d'elle, une fenêtre qui donne sur la mer. Elle est dans la maison de sa grand-mère décédée. Opy apparaît devant elle et lui demande de ne pas avoir peur car il est un peu différent d'elle. Il est à contre-jour et Anna ne voit qu'une silhouette de plus de deux mètres. Il s'avance vers elle et s'agenouille.
Son visage lui apparaît, il semble humain : une peau bleu clair, des yeux noirs, pas d'oreilles n'y de bouche.
- « Je n'ai pas peur » lui dit Anna.
« Je crois que nous ne sommes pas vraiment chez mamy... et comment tu fais pour parler sans bouche ? »
- « Non, tu as raison, nous sommes dans ton esprit. J'ai choisi ce lieu parce que tu l'aimais beaucoup. Nous sommes deux dans ton corps, mais je te le rendrai bientôt et, pour faire simple, effectivement je n'ai pas de bouche, je parle directement via ton cerveau ».
« Nous n'avons pas beaucoup de temps pour nous rendre au passage, dès ce soir tu dois partir. »
- « Quitter Maman et mon frère !!!! mais... pour aller où et combien de temps ? Non ! je ne veux pas! »
Opy se lève et se tourne vers la fenêtre avant de lui dire :
- « C'est parce que tu es l'élue que je me suis présenté à toi. Ton destin ne t'appartiendra plus temps que tu seras sur terre. »
Elle lui rétorque : « Sur terre ? Mais vous voulez m'emmener où ? » et à ce moment là, elle se sent partir et tombe sur le sol.


En Australie

Garry ouvre les yeux. Il est dans son lit à coté de sa femme. La porte de leur chambre s'ouvre, une ombre se plaque au sol. D'un seul coup, sa fille de 5 ans lui atterri sur le ventre.
Sa femme demande à leur fille de faire attention car il a eu un malaise hier à son travail et qu'il doit se reposer. La petite fille, inquiète, demande à sa mère :
- « C'est aujourd'hui que nous allons voir les dauphins ? »
- « Papa doit se reposer. » lui répond sa mère.
Mais Garry lui répond que ça va et qu'ils peuvent s'y rendre. Un « youpi ! » retenti dans la maison.
Toute la famille se retrouve dans la voiture en route vers les dauphins. La voiture s'engage sur le fameux pont Harbour Bridge à six voies pour les voitures, deux pour les chemins de fer et une pour les piétons.
La circulation est fluide. 50 mètres devant eux se trouve un camion. Le pneu avant gauche du camion explose surprenant le chauffeur. Celui-ci fait une embardée sur la gauche et, avec le poids de la remorque, le chauffeur ne peut redresser. Le camion se couche en travers de la chaussée et glisse occupant cinq des six voies. La femme de Garry est surprise et tarde à freiner. La voiture derrière eux les percute légèrement ce qui a pour conséquence que son pied appuie sur l'accélérateur. Alors qu'elle freine de nouveau, il semble que la collision avec le camion soit inévitable. Garry, qui est assit à coté d'elle, commence tout doucement à glisser vers l'arrière de la voiture comme s'il s'était dématérialisé. Il passe à travers son siège tel un fantôme, pour être maintenant presque à la hauteur de sa fille. Il assiste à la scène sans comprendre, comme au ralenti. Il tourne la tête et voit sa fille la tête en avant. Il continue à glisser et se trouve au niveau du coffre. Il a maintenant la tête en dehors de la voiture et se retrouve derrière la voiture, en suspension dans l'air, toujours avec cette impression de lenteur, de temps ralenti.
Soudain c'est fini. Alors qu'il a encore le pied qui sort juste du coffre, il se re-matérialise et sa chaussure se fige dans la carrosserie. Sa chaussure reste coincée. Sa cheville craque. Il touche le sol à près de 70 km/h. Il fait une dizaine de tours sur lui-même, complètement désarticulé, puis s'arrête. Il stoppe, face contre terre, un oeil entreouvert et voit sa voiture encastrée dans le camion. Puis c'est l'explosion. Il perd connaissance, gisant dans son sang.


En Russie

Une sirène assez forte, suivi de gardien qui hurle « PROMENADE ! Tout le monde dans les allées ! ».
Alexandre s'assoit sur sa couchette. Il a un mal de tête terrible. Il se lève et se met devant la porte. Il y a encore le plateau repas de la veille au niveau de la porte. Il a du mal à reprendre ses esprits et à se souvenir de ce qui s'est passé la veille. Il ramasse le plateau et le vide dans les toilettes. Il attend l'ouverture de la porte et là, il se souvient avoir été pris à parti par le détenu de la cellule d'à coté qui l'insultait et, plus précisément, qui s'en prenait à son fils et sa femme disparue. Alexandre se réjouit. Il a trouvé comment occuper son temps.
Première chose : défoncer le crâne du détenu. Deuxième chose : une fois sorti de l'isolement pour violence, trouver la personne qui a parlé de sa famille pour aussi lui défoncer le crâne.
On pouvait presque distinguer un léger sourire sur son visage.
Un bruit métallique parcourt le couloir, puis toutes les portes coulissent en même temps .
Alors qu'il n'est pas encore sorti de sa cellule, il peut voir l'agitation des détenus en face. Il est tout de suite stupéfait de voir la réaction de certains : l'un vomi, l'autre détourne le regard pour ne pas voir. De la part de la population d'anges qui traine dans la prison, il y a de quoi être surpris.
Il sort de la cellule et voit que l'agitation vient de la cellule dans laquelle il voulait se rendre pour mettre une correction au type. Il se dirige vers la porte de la cellule et se place en face. Le spectacle est à peine croyable : au sol gise un magma de sang et d'abats mélés, au plafond il reste un pied et un bras collés et sur le fond de la cellule la tête du détenu, écrasée.
Les matons donnent l'ordre à tout le monde de rentrer dans les cellules. Alexandre s'exécute et retourne dans sa cellule. Une sensation étrange le parcourt. Alors qu'il allait s'asseoir, il aperçoit sur le mur deux empreintes de mains dans le béton avec des fissures tout autour. Il place ses mains dessus... ce sont les siennes ! Il les retire aussitôt. Au moment où il les a posé, il a vu ce qui s'était passé de l'autre côté, dans la cellule voisine.
avatar
OPY
Paysan
Paysan

Masculin
Nombre de messages : 16
Age : 44
Localisation : 95100
Art de prédilection : l'imaginaire
Loisirs : photo/semi-marathon et bien sur la bd
Date d'inscription : 19/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet S.F noir pour B.D

Message par OPY le Mer 12 Aoû 2009, 15:46

PART 4

La séparation de son être et le contrôle de trois humains n'est pas aussi facile e le pensait Opy. Le temps lui manque et il décide de se mettre en sommeil pendant une durée qui équivaut pour nous à une semaine. Pendant cette semaine il arrive à contenir Anna et Garry dans une léthargie proche du coma, par contre il commence à perdre le contrôle d'Alexandre.

Une semaine plus tard…
En Suisse

Nous sommes dans l'hôpital du centre-ville, les médecins expliquent à la mère d'Anna qu'ils n'ont rien trouvé, sa fille va bien, il n'y a pas de trace d'attaque d'un animal ou de piqûre. Ils ne comprennent pas son malaise et son coma de près d'une semaine. Elles rentrent en taxi chez elles et Anna retrouve sur le pas de la porte, son petit frère tout excité et sa grand-mère qui les attendent. Elle ne se souvient de rien, elle est fatiguée et tombe vite de sommeil avant même le souper.
Ses rêves sont agités, elle ne les comprend pas : l'espace, des planètes qu'elle ne connaît pas, des scènes qui défilent très rapidement impliquant une jeune femme dans différentes situations, combat spatial, tristesse, trahison, condamnation…

En Australie

Nous sommes à l'hôpital d'albugo-Wodonga, les médecins parlent avec la police.
Les médecins urgentistes qui ont amené Mr Hanson sont catégoriques : il était dans un état critique ! “ Quand nous l'avons pris en charge, à part le sang qui le recouvrait, nous n'avons trouvé aucune plaie ni fracture, traumatisme ou autre. Pour nous il n'est pas possible qu'il ait subi l'accident que vous nous avez décrit.” Le policier est septique, il a plusieurs versions : une mentionnant qu’il aurait sauté de la voiture, l’autre plus farfelu qui indique qu’il serait sorti par le coffre. Le policier demande à quoi est dû son coma d'une semaine.
Les médecins n'ont pas d'avis précis et ne sont pas d'accord entre eux. Garry ouvre les yeux. Il est allongé sur un lit d'hôpital, il a juste une perfusion dans le bras. Il soulève un bras, les jambes, tourne la tête.
La porte de la chambre est entre-ouverte et il capte une conversation : “tu te rends compte quand même... ce type est dans sa voiture avec sa famille et il ne trouve rien d'autre que d'avoir le réflexe de sauver sa peau et de les abandonner !”.
Il se souvient, l'accident, que s'est-il passé ? Il a rêve ? Sa femme et sa fille sont elles mortes ?
Il s'effondre.
En l'espace de deux heures on lui confirme que sa famille est bien morte, que l'enterrement a eu lieu hier et que la police est suspicieuse à son égard et mène une enquête sous l'impulsion de sa belle famille qui le croit responsable de la mort de sa femme et sa fille.
Les policiers le laisse rentrer chez lui. Il prend un taxi et arrive devant sa maison.
Son garage est entre-ouvert, il le soulève complètement et là, une place vide ou devrait être son break et à coté sa Mustang un coupé rouge 1970, Le capot avant ne tient presque plus. Il n'y a pas un morceau de carrosserie qui ne soit rayé ou qui ait reçu comme un coup de masse, le pare prise à un gros trou sur le côté gauche. Il referme le garage et rentre chez lui. La porte est ouverte, il entre dans le salon, les fauteuils sont tous éventrés, sa télé a subi le même sort que sa voiture. Au mur, inscrit avec une bombe de peinture : ASSASSIN. Dans sa chambre, il s'aperçoit que les affaires de sa femme ont disparu, tout comme dans la chambre de sa fille qui est presque vide. Il revient dans le salon. Il est livide. Il attrape une bouteille de bourbon et se pose dans un de ses fauteuils d'où la mousse ressort de partout.
Il s'assoupit, un homme se présente à lui enfin il ressemble à un homme (peau bleue, pas de bouche ni d’yeux). Il lui propose de faire un marché avec lui. Lors de l'accident, sa fille n'est pas morte sur le coup mais brûlée vive. Il lui propose de remonter le temps et de lui hôter la vie avant l'impact avec le camion, tout en lui précisant que toute action peut avoir un impact sur le futur. Il accepte et comme un spectateur à coté de l'inconnu, il revoit la scène se dérouler sur le pont.
Il se réveille. Il est trempé de sueur. Sur ses genoux, le doudou de sa fille qui était dans la voiture le jour de l'accident. Il tombe à genoux, en pleure, il ne comprend pas.[u]
avatar
OPY
Paysan
Paysan

Masculin
Nombre de messages : 16
Age : 44
Localisation : 95100
Art de prédilection : l'imaginaire
Loisirs : photo/semi-marathon et bien sur la bd
Date d'inscription : 19/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet S.F noir pour B.D

Message par OPY le Mer 19 Aoû 2009, 10:31

PART 5


24H se sont passées depuis l'incident dans la cellule J/6.
Alexandre a récupéré un poster qu'il a placé sur le mur au niveau des crevasses, seule une fissure qui part du poster et va jusqu'au plafond subsiste. Il sent bien qu'un changement s'est effectué en lui.
Ce matin, alors qu'ils étaient rassemblés dans les couloirs, le gardien n'arrivait pas à débloquer la porte palière pour qu'ils se rendent au petit déjeuner, puis soudain, dans un fracas, la porte métallique s'est encastrée dans le mur. Il ne sait pas comment mais c'est lui aussi qui a fait ça.
Il est dans la cour, appuyé le long d'un mur. Il regarde le sol bétonné et se demande ce qui se trouve en dessous… d'un seul coup, il est comme aspiré par le sol et traverse le béton en quelques secondes. Il passe à travers les sous-sols de la prison, puis du granit, de la roche, du sable. Il s'enfonce de plus en plus, se retrouve dans une galerie où se trouve un lac souterrain… il plonge dans le lac. Il pense : “Non !!!!”
Il est toujours appuyé contre le mur, il n'a pas bougé. Il transpire à grosses gouttes.
Le soir venu, il est allongé sur sa couchette, il ne dort pas et pense aux différents événements de la journée. Il aimerait bien se balader en dehors de sa cellule et instantanément il a la vision du couloir. Tout de suite, il stoppe et reviens dans sa cellule. Il peut le contrôler.
Il recommence et de nouveau il est dans le couloir, il passe d'étage en étage pour finir dans la cour. C'est comme s'il ressentait la fraîcheur de la nuit alors qu'il est dans sa cellule. Il se demande s'il peut interagir avec son environnement. Il regarde le mirador et la seconde suivante, il est avec le gardien dans son poste de garde. Le gardien est en train de fumer, adossé à la balustrade.
Il s'imagine le prendre par le pantalon et le faire basculer… et instantanément le gardien bascule, cri tout au long de sa chute et s'écrase dans la cour.
Il se retrouve dans sa cellule et ressent un mal de crâne énorme. Il s'assoit, un filet de sang coule de son nez.
Il s'approche de la meurtrière qui donne dans la cour : des gardes s'agitent.
Il ne sait pas quoi penser. Il se rend compte du pouvoir qu'il est en train de découvrir. Cela pourrait l'aider à sortir de prison, mais il sent qu'il doit faire attention, ça l’affaiblit et il ne sait pas jusqu'à quel point.

Il finit par s’endormir, puis se réveille en sursaut. Il est toujours dans sa cellule. Il ne touche plus sa couchette, il est comme en suspension un mètre au-dessus. La seconde qui suit, il n'est plus dans sa cellule : il est dans l'espace avec en face de lui, la terre pas plus grosse qu'une pomme !
Puis la terre grossit. Il ne bouge pas, la planète avance vers lui : elle est passée à la taille d'une voiture, d'un immeuble… ses yeux ont du mal à suivre la vitesse à laquelle elle se rapproche. Il traverse l'atmosphère, les nuages et ça continu… le continent nord-Américain, le Canada, le relief montagneux. Puis tout s’arrête. Il est à peu près à 10 mètres du sol, au-dessus de deux enfants dans les bras l'un de l'autre, entourés par des hommes recouverts de la tête au pied d'une drôle d'armure noire.
Il regarde plus attentivement les enfants… il croît reconnaître sont fils Youri !
Il est de nouveau dans sa cellule debout. Il n'est pas seul. Devant lui, une silhouette imposante dans la pénombre : Opy est devant lui.

“C'est bien ton fils que tu as vu et c'est bien le futur.
Si tu veux avoir une deuxième chance de lui sauver la vie, soit dans trois jours sur le lieu que je t'ai montré.”
Il est de nouveau seul, il s'avance mais plus personne.
Il s'assoit et pense : “cette fois ce n'est pas moi, c'est bien quelqu'un qui m'a fait ca, je ne ressens pas le même malaise que quand j'utilise ce qui est en moi.”
Le futur, Youri vivant au Canada, quelque chose qui le manipule, des pouvoirs étranges… Hier encore il se demandait : sortir et pour faire quoi de mes pouvoirs ? Maintenant il sait, il a un but.[u]
avatar
OPY
Paysan
Paysan

Masculin
Nombre de messages : 16
Age : 44
Localisation : 95100
Art de prédilection : l'imaginaire
Loisirs : photo/semi-marathon et bien sur la bd
Date d'inscription : 19/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet S.F noir pour B.D

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum