[Nouvelle] Nocturne + autres textes

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 04 Juil 2008, 16:27

:D disons que ça marche alors. Le tout serait que cela reste "plausible" malgré tout, un peu comme la solution d'un puzzle. Mais vous n'avez pas encore la fin aussi huh huh :)
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 04 Juil 2008, 17:19

Bon je ne résiste pas à l'envie de vous mettre la fin, impatience de lire vos critiques (oui je n'ai aucune volonté)
Positives, négatives, ne vous gênez pas surtout. Après tout, j'ai posté cette nouvelle pour ça.

Bien que la fin soit...particulière, j'espère que vous apprécierez. Pour ma part, elle me semble un peu trop rapide, mais je n'ai pas forcément le recul que vous pouvez avoir. A vous de me dire :)

Bonne lecture.

"J’ai baissé les yeux, mal à l’aise. Il a eu un autre soupir et a essoré son bonnet de main d’une main sèche.
_Cette piscine appartient à mon père. Tu peux venir quand tu veux. Il te suffira de passer par la porte de derrière.
_A…Attends !
Il s’est arrêté alors qu’il contournait lentement le bassin, encore dégoulinant.
_Pourquoi…es-tu venu m’aider ?
Il a haussé les sourcils puis s’est doucement mis à rire.
_Cherche bien.
_Mais…quoi ? Qu’est-ce que je dois chercher ?
Je l’ai entendu rire un peu moins fort en quittant la salle et je suis restée seule, trempée dans mes vêtements de civile. Comment est-ce que j’allais pouvoir rentrer à la maison ?

_Tu as vu l’heure ?! Je peux savoir où tu étais passée ?!
_C’est bon, je suis là maintenant…
_Arrête de me parler comme à un imbécile ! tu as vu dans quel état tu es ? d’où est-ce que tu viens ?!
_Georges arrête de crier. C’est moi qui lui ai autorisé à sortir.
_Que…pourquoi ?!
J’ai fermé derrière moi et j’ai posé mon sac sous le porte-manteau. Mes parents se disputaient déjà lorsque je me suis glissée dans la salle de bain. Je me suis vite changée, grelottante. L’eau de la piscine n’était pas spécialement chaude.
Quand je me suis regardée dans la glace, je n’avais rien vu de particulier. J’étais comme d’habitude. Mais lorsque je me suis passée de l’eau sur le visage, j’ai vu mes pupilles s’élargir brusquement.
_Wha…
J’ai écarté les doigts. Les palmes étaient revenues. Dès que je touchais de l’eau…je me métamorphosais…
« Elle n’a que 16 ans ! Tu imagines un peu ce qui se serait passé s’il lui était arrivé quelque chose ?! »
« Ce n’est plus une enfant Georges ! Cesse un peu de la materner à tout va ! »
« Tu ne te rends pas compte ! J’étais fou à son âge ! Moi aussi je voulais aller sur Terre. Et la preuve, ça n’est jamais arrivé ! »
_…ce n’est pas comme si tu avais essayé.
_Que !
Mon père a fait volte-face, les oreilles rouges. Je tenais le verre d’eau que j’utilisais d’habitude pour me brosser les dents.
_Tu ne seras pas surprise d’apprendre que tu es privée de sortie jusqu’à nouvel ordre, siffla-t-il en contenant mal sa colère, et tu rentreras juste après les cours pour faire tes devoirs. Pendant un mois.
_Non.
_Comment ça non ?!
_Non comme ça.
Je lui ai balancé l’eau au visage. Ma mère a poussé un cri d’exclamation et s’est levée de sa chaise. Mon père a titubé et s’est aussitôt essuyé avec frénésie. Mais c’était trop tard. Ses yeux avaient changés.
_Vous m’avez menti…pendant tout ce temps…
_Liana, attends…ce n’est pas ce que tu crois !
_Je suis un monstre ! Vous avez fait de moi un monstre !
_Non, nous avons tenté de te protéger !
J’ai serré les poings, mauvaise. Ma mère a soupiré, une main sur le front.
_Ça devait arriver…
_Vous êtes quoi au juste ? qu’est-ce que je suis ?!
_…une sirène…
Je me suis figée. Mon père s’est passé un mouchoir sur le visage et ses yeux sont redevenus noisettes. Il m’a dévisagé dans un long soupir.
_Nous sommes…les descendants d’un peuple que les humains ont surnommé les sirènes. Mi-homme, mi-poisson. C’était comme ça jusqu’à ce que…jusqu’à ce qu’ils nous repoussent dans nos derniers retranchements. Nous sommes venus ici en espérant un jour retourner sous l’eau.

J’ai fixé ma mère. Elle s’est pincée les lèvres sans oser me regarder, les yeux rouges.
_Nous espérions…non…j’espérais …que tu vives comme toutes les autres adolescentes de ton âge et que tu ne saches jamais d’où nous venions.
_Comment espérais-tu me cacher une chose pareille ?!
_Je ne sais pas ! Je…je voulais y croire, c’est tout !
J’ai dégluti, la gorge sèche. Il m’a semblé bien petit d’un seul coup. Et beaucoup moins effrayant.
_J’aime nager…j’adore ça. Et j’aime les poissons.
_Je sais…comme nous.
_Pourquoi ne pas essayer de trouver un endroit où aller et…
_Ça ne sert à rien.
_A rien ?
J’ai ouvert les mains en quête d’explication mais mon père a fait demi-tour d’un pas sec.
_La Terre n’est plus viable pour nous. Les océans, les mers, les fleuves…il faudrait des siècles pour qu’ils redeviennent comme avant. Ne te fais pas d’illusion Liana. Tu ne te feras que du mal.
Il est entré dans leur chambre et s’est enfermé à l’intérieur sans ajouter un seul mot. Ma mère a eu un long soupir et s’est levée pour me prendre par les épaules.
_Laisse-lui un peu de temps…
_Mais j’ai le droit de savoir !
_Bien sûr …ton père fait ce qu’il peut, cependant…il n’arrive pas à oublier. Tu lui ressembles beaucoup. C’est pour ça qu’il a peur.
_Je ne veux pas devenir comme lui.
_Je sais bien. Pourquoi crois-tu que je t’ai laissé partir là-bas ?
J’ai baissé les yeux. Elle m’a un peu secoué puis est allée voir comment mon père se portait. Je suis retournée dans la salle de bain pour finir de me brosser les dents.
« Une sirène… »
J’ai regardé l’eau filer dans le siphon et je me suis sentie soudain très fatiguée. J’ai repensé à Samuel…comment avait-il tenu pendant toutes ces années ? nager tout seul n’était jamais vraiment plaisant. C’était sans doute pour ça qu’il avait tenu à m’aider. Trouver une amie pour comprendre ce qu’il était…

_…salut.
_…salut…
Le lendemain, il est venu me voir en plein milieu du couloir, devant tous les autres élèves du lycée. Je fermais à peine mon casier qu’il m’a tendu une carte plastifiée.
_Qu’est-ce que c’est ?
_Un abonnement annuel à la piscine. Comme ça, tu pourras venir autant de fois que tu veux.
_Oh…merci…
_Pas de quoi.
Il a fait demi-tour, les mains dans les poches de son sweat bleu.
_J’ai parlé à mes parents hier soir !
Il s’est arrêté et m’a regardé.
_Ils…enfin…mon père a eu du mal mais…je crois qu’il va venir avec moi…à la piscine.
_C’est cool.
_Tu voudrais venir ?
Il a haussé un sourcil et j’ai cru bon me reprendre, fixée par plusieurs regards intrigués.
_Si je viens nager…tu…
Il m’a franchement fait face mais je me suis sentie rougir à cause des murmures qui commençaient à naître autour de nous.
_Je…je voulais juste te remercier.
J’ai fermé mon casier d’un geste sec et je l’ai doublé en tenant mon sac contre moi, gênée. Il m’a subitement attrapé par le bras et j’ai titubé sous la force de son geste. Il m’a rattrapé et a souri quand j’ai du devenir rouge comme une pivoine.
_J’accepte si tu viens te faire une toile avec moi après les longueurs.
_Quoi ?…
Je l’ai regardé et il a souri d’autant plus devant ma surprise.
_Je t’intéresse seulement parce que je suis comme toi…ais-je murmuré en m’écartant de lui.
_Non.
Il m’a tenu la main et m’a empêché de partir.
_Je suis entré dans le club de natation pour une seule raison. Et quand tu l’as quitté, j’ai cherché à comprendre. Combien avais-je de chance que tu aimes l’eau autant que moi ? quasiment aucune ! Alors maintenant que je sais…ne t’attend pas à ce que je te laisse partir comme ça.
J’ai dégluti, mal à l’aise.
_Il te suffit de dire oui tu sais ?
_Mais…je ne sais pas. Ça ne fait que 24 heures que je connais la vérité…
_Et toute une vie pour apprendre. J’irai sur Terre un jour…j’aimerai que tu viennes avec moi.
J’ai écarquillé les yeux.
_Nager avec les poissons dans l’océan Indien…comme dans nos rêves. Ça ne te plairait pas ?
J’ai acquiescé sans oser répondre. Il s’est contenté de me serrer la main et de m’entraîner jusqu’en classe où tout le monde nous a regardé sans dire quoique ce soit.

Cette main-là…je l’ai toujours dans la mienne aujourd’hui, alors que je regarde ces poissons, ces soles et ces coraux vivrent sous mes yeux. L’eau est si claire et si chaude, bercée par les rayons d’un soleil rougeoyant…je nage et voyage en suivant le courant qui m’entraîne toujours plus loin…loin de la terre des hommes…
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par L'errant le Ven 04 Juil 2008, 17:46

La fin est bonne je pense.
Trainer en longueur peut être tentant mais il y risque de tout gâcher.
Alors à moins que tu n'ai un autre idée, je dirais que tu termine bien ton histoire.

Pour l'essentiel, ta nouvelle est originale et somme toute bien écrite.
Je crois que tu as de bonnes chances face au concours.
Le reste ne dépend que de tes concurrents.

Tu comptes écrire autre chose ?
avatar
L'errant
Viking
Viking

Masculin
Nombre de messages : 657
Age : 28
Localisation : Dans les brumes du temps...
Art de prédilection : Errer loin au Nord...
Loisirs : Tisser des toiles...
Date d'inscription : 03/12/2006

http://lerrant.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 04 Juil 2008, 18:58

Merci bien de ton soutien :)

Ecrire autre chose, certes, mais pas pour ce concours. Etant donné que j'ai écrit sur "l'eau", je me dis que les trois autres éléments peuvent aussi faire de bons sujets. Le tout serait de trouver les histoires ^^
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Cartman le Ven 04 Juil 2008, 21:34

Original, bien écrit. Au départ on c'est pas ou on va et quand on comprend on fait "Whaou". La fin vient vite mais c'est une bonne chose et ç'est fait de la bonne maniere.

Vraiment superbe, tu devrais chercher une publication dans un petit truc ou sur un site internet spécialisé car c'est vraiment super !!!
avatar
Cartman
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Masculin
Nombre de messages : 2368
Age : 32
Localisation : Saint Priest Lyon
Art de prédilection : Dessin
Loisirs : Jeux Vidéo, Cinéma, Dessin, écriture
Date d'inscription : 25/02/2008

http://www.qsec.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Ven 04 Juil 2008, 22:09

Merci beaucoup pour ton enthousiasme ^^
En effet, je vais présenter cette nouvelle pour l'édition Griffe d'Encre pour un recueil porté sur ce thème. Croisons les doigts :)

Contente de voir que la fin ne choque pas, j'avoue que c'est une partie particulièrement difficile pour moi, car je ne suis pas spécialiste des "choses" courtes. Et puis je voulais finir sur une touche plus mignonne. Que cela laisse le lecteur le soin d'imaginer la vie qu'il veut pour les protagonistes.
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Lun 07 Juil 2008, 17:37

Cette fois-ci, après le thème de l'eau, j'ai voulu m'attaquer au feu. Bien que cela ne soit demandé par personne, je compte garder les mêmes "règles", à savoir une limite de 50.000 caractères et de respecter le sujet en tant que tel.

Je vous présente donc le début de ce texte, que j'ai appellé "Phoenix" pour le moment (surprenant n'est-ce pas ? :p)

Bonne lecture à vous.

Je suis né il y a bien longtemps. Alors que les hommes commençaient à peine à marcher sur cette terre qui devait les voir évoluer….je suis né de cet orage qui a fait fondre un éclair sur cet arbre sec et m’a donné vie sous les yeux ébahis et effrayés de ces bipèdes à peine formés. Je les regardais de toute ma hauteur en me demandant où j’avais atterri, quand l’un d’entre eux a attrapé une branche et m’a emmené avec lui en me brandissant tel un trophée.
Sentant ma chaleur, ils m’ont posé en hauteur et m’ont donné à manger avec d’autres branches, dont certaines que j’ai recraché par leur goût infect. J’y ai fait mon nid alors qu’ils m’entouraient de pierre pour me garder à l’abri de la pluie et je les ai regardé vivre autour de moi en continuant de cracher des étincelles.
Personnellement, je n’ai pas tout de suite compris comment j’avais atterri sur Terre. C’est seulement lorsque ces créatures ont commencé à faire cuire leurs aliments et à prendre conscience de mon importance que j’ai réalisé ma fonction première. Bien sûr, ce n’était pas très palpitant pour moi, mais je me suis peu à peu fait à cette vie tranquille, tout en les regardant vivre autour de moi et en étudiant leurs étranges us et coutumes.

Un jour cependant, ils ne sont pas revenus. J’ai patiemment attendu en mâchant mon bois, mais ni les hommes, ni les femmes ne sont revenus me nourrir. Même les enfants qui courraient toujours près de la grotte ont disparu. J’ai tenté de jeter un coup d’œil en direction de la sortie sans quitter mon garde mangé, mais une énorme créature a dressé son museau vers moi et a apporté de l’eau tout près de moi. Un tigre à dent de sabre.
Je me suis figé en retenant difficilement mes crépitements. Il n’a pas eu l’air de faire attention à moi. Il est reparti en poussant un feulement et toute sa petite famille l’a suivi, la robe de sa fourrure taché de sang. J’ai mis un moment à comprendre ce que cela voulait dire. C’est lorsque j’ai commencé à me percher sur un tas de brindille que j’ai réalisé que personne ne reviendrait me raviver. J’allais mourir ici aussi bêtement que j’étais né.

_Piii ?
Soudain, alors que je voyais le noir m’envahir, une autre tête est entrée dans la grotte. Un énorme piaf aux longues plumes, qui devait sans doute chercher un abri pour se protéger de la tempête qui régnait dehors. Il s’est ébroué et j’ai senti la vie me quitter. Il ne restait plus de moi que quelques flammèches bleues qui mourraient lentement.
_Piii ?
L’oiseau a penché son bec vers moi et a secoué mes brindilles d’un geste sec, comme s’il cherchait quelque chose à manger juste en dessous. J’ai protesté en le frappant, mais ça n’a pas eu l’air de lui faire peur. Au contraire, il est revenu à la charge. Je lui ai brutalement attrapé le bec et il m’a soudain soulevé de mon nid en piaillant de joie.
J’ai hurlé de peur. Pourtant, je ne mourrai plus. Non au contraire, je grandissais. Inconsciemment, mon corps grandissait jusqu’à l’envahir complètement. J’ai couvert chacune de ses plumes sans jamais le brûler.
Cet oiseau est devenu mon nouveau nid. Ses plumes si ternes sont devenus rougeoyantes.

J’ai alors réalisé que les dieux avaient entendu mes appels de détresse et m’avaient envoyé un messager pour que je survive loin de cette grotte sombre et lugubre sans ma lumière. Ce dernier a piaillé de joie et m’a entraîné loin d’ici, toujours plus loin, là où vivaient les hommes. Je leur ai apporté la chaleur qui leur manquait et j’ai continué ma route à travers le monde en attendant qu’ils apprennent à vivre sans moi.

Ils ont rapidement réussi à dompter mes enfants. Peu à peu, j’ai voyagé pour simplement observer l’humanité s’étendre et évoluer vers d’autres horizons. J’ai vu les hommes s’épanouir et user de mes dons à bon ou mauvais escient. Mettre le feu au champ de leur voisin pour le faire fuir, brûler des femmes pour des raisons absurdes, tuer des innocents ou autre contraire, réchauffer des indigents, survivre à un hiver trop froid…j’étais partout et pourtant, je n’étais nul part.

J’ai possédé de nombreux corps d’animaux en privilégiant les oiseaux de grande envergure. Ces peuples m’ont vénéré, m’ont construit des autels, des temples, ont craint mes colères et ont pleuré pour mes flammes… Puis un jour, je suis devenu obsolète. Ils savaient faire naître des semblables sans mon aide. Ils savaient les contrôler, les guider…je n’étais plus une divinité, je n’étais qu’un élément parmi d’autre. Le plus important certes ! mais plus rien en moi ne donnait vie à présent..."

Un peu particulier j'avoue. Mais je garde toujours cette idée de faire "différent"...j'espère que cela vous a plu ^^
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Cartman le Lun 07 Juil 2008, 21:25

Un peu particulier mais je pense qu'il y aura encore de choses inattendue comme dans le texte précédent.
avatar
Cartman
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Masculin
Nombre de messages : 2368
Age : 32
Localisation : Saint Priest Lyon
Art de prédilection : Dessin
Loisirs : Jeux Vidéo, Cinéma, Dessin, écriture
Date d'inscription : 25/02/2008

http://www.qsec.deviantart.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par miyaki2384 le Mer 09 Juil 2008, 15:41

La suite, toujours aussi étrange :)

"J’ai quitté les oiseaux pour des animaux plus discrets. Je voulais me rapprocher des hommes, voir ce qui leur manquait. Voir pourquoi je n’existais plus à leurs eux que pour mon « utilité » première. J’ai pris des chiens, des rats…je les ai vu inventer, se déplacer à travers les continents. J’ai attrapé la première montgolfière, j’ai assisté à des plans de bataille, j’ai accompagné les révolutionnaires, je suis monté à bord de la première locomotive…
J’ai vu des milliers d’incendies. Provoqués par des humains ou par des frères…j’ai parfois aidé à les stopper ou au contraire à les étoffer.
La nature avait bien besoin de nous pour toujours renaître, plus belle, plus forte…

Ce jour-là, j’étais le corps d’un chat errant. Et comme à chaque fois que je changeais de moyen de locomotion, sa robe était devenue rougeoyante. J’essayais donc de me faire discret.

La ville était en émoi. Les hommes se battaient derrière les barricades face aux soldats armés de baïonnette. La Commune qu’ils appelleraient ça plus tard.
Je déambulais en prenant les ruelles et chassais quelques rats pour entretenir la forme de mon hôte, quand j’ai vu un homme. Il n’avait rien à faire là, si on considérait le tumulte extérieur. Mais j’ai vite reconnu ces gestes qui étaient familiers. De quoi mettre le feu et le premier étage de la maison visée s’enflammait déjà.
Il a pris la fuite sans attendre et tout s’est très vite propagé.
Je me suis assis là et j’ai regardé les étincelles monter peu à peu à l’étage.

Soudain, il y a eu des cris. La maison était habitée, comme toutes les autres à côté. Ils étaient nombreux. Certains tentèrent même de sauter par les fenêtres qui ne tardèrent à s’enflammer à leur tour.
J’ai vu des milliers de morts, ceux-là ne m’ont donc fait ni chaud ni froid. Mais alors que je m’apprêtais à faire demi-tour d’un pas nonchalant, j’ai remarqué cette fille. Elle venait de sortir avec deux enfants dans les bras. Elle les a déposé sur les pavés puis est retournée à l’intérieur malgré le fait que sa chemise de nuit prenait déjà feu. Intrigué, je me suis avancé et j’ai jeté mon museau par la première fenêtre. Elle grimpait déjà à l’étage alors que des poutres du toit tombaient en morceau.
J’ai alors bondi sur le parquet et j’ai slalomé entre les mèches qui dévoraient le parquet. Certaines d’entre elles m’ont insulté en pensant que je venais leur piquer leur dîner, mais je les ai ignoré et j’ai sautillé sur les marches pour gagner l’étage.
La fille était là et aidait d’autres enfants à sortir de leur lit malgré la fumée qui leur empoisonnait les poumons. J’ai alors compris que nous étions dans une sorte d’orphelinat de fortune. Il y avait encore beaucoup de gamins et les flammes léchaient déjà les murs. Elle ne parviendrait jamais à tous les faire sortir à temps.
_Le chat !
L’un des bambins m’a aperçu et m’a crié après. La fille a fait volte-face et m’a regardé.
_C’est pas vrai ! Va-t-en idiot ! Tu veux mourir ici ?!
Elle a attrapé la première chose qui lui ait passé sous la main et me l’a lancé pour que je m’enfuie sans demander mon reste. Puis elle s’est tournée vers les enfants qui sont venus se serrer contre elle, en attendant que le feu les dévore. J’ai commencé à faire demi-tour mais je n’ai pas pu aller plus loin. Leurs pleurs m’ont figé. Timides, discrets…pas de grand cris, pas de plainte à leur dieu….
Je suis revenu sur mes pas alors que la maison partait en lambeau. Tout craquait, les flammes cherchaient à me repousser et sifflaient mon nom comme une injure. Mais je me suis approché de cette fille. Elle m’a regardé venir et a tendu une main pour me caresser. Elle allait mourir et elle restait là, à serrer les enfants et à les rassurer alors qu’il n’y a rien à faire…

Je n’ai eu qu’un soupir. Je n’étais pas censé m’apitoyer sur le sort des humains. Je devais vivre sans jamais m’occuper d’eux. Mais cette fille…je devais récompenser son courage.

J’ai pris une grande inspiration et j’ai aspiré toutes les flammes autour de moi. Elles ont hurlé leur colère et ont tenté de reprendre le dessus en roussissant ma fourrure. Mais j’avais des siècles de vie. Rien ne pouvait me vaincre. Surtout pas ces gamines avec quelques minutes d’existence à peine.
Alors je les ai mangé les unes après les autres, affamé. Le chat que j’étais est devenu aussi gros qu’un tigre et a fini d’avaler la moindre étincelle avec gourmandise. La fille m’a regardé avec des yeux écarquillés et s’est empêché de crier, les deux mains sur la bouche. Les enfants évanouis à cause de la fumée, elle était seule et terrorisée. Mais elle continuait de m’observer alors que ses jambes tremblaient.
« N’aie pas peur. J’ai trop mangé »
_Ah…si…si vous le dites…
Elle a reculé et s’est rapprochée des enfants pour les ramener contre elle. Elle m’a ensuite regardé et a attrapé les plus légers dans ses bras.
_Vous…vous devriez vous en aller. Les hommes vont venir m’aider.
« Tu ne me crains pas ? »
Elle a soulevé une petite fille et s’est tournée vers moi.
_Qui que vous soyez, vous nous avez sauvé. Mais les gens …allez-vous-en avant qu’ils ne vous prennent pour le diable !
Sur ce, elle a filé par l’escalier maintenant froid et des exclamations se sont faits entendre. Personne ne comprenait ce qui venait de se passer, mais bientôt, ils envahiraient la maison pour apporter les premiers soins.

J’ai repris ma taille de simple chat errant et j’ai sauté par la fenêtre pour gagner les toits. Ce dernier a failli s’effondrer sous mes pattes. Je me suis dépêchée de m’éloigner alors que le véhicule des pompiers se glissait difficilement dans la ruelle puis j’ai gagné la colonnade voisin pour voir les hommes faire la chaîne pour éteindre les feux alentours. La fille a été prise en charge par des femmes et les enfants par des infirmières. La police est ensuite arrivée, mais le coupable était parti depuis longtemps.
avatar
miyaki2384
Paysan
Paysan

Féminin
Nombre de messages : 20
Age : 33
Date d'inscription : 14/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nouvelle] Nocturne + autres textes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum