Les paperasses de Menthe

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Adrenaline le Jeu 27 Sep 2007, 00:11

Va flooder ailleurs :korn:

Adrenaline
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Féminin
Nombre de messages : 1515
Age : 44
Localisation : Jamais tres loin
Date d'inscription : 01/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Carbo le Jeu 27 Sep 2007, 00:15

arrêtez de vous chamailler pour un COD qui est devant!

quelques expression du langage parlé qui, perso, me choquent dans un texte, mais c'est un détail. écriture très fluide et captivante!

ambiance admirablement décrite, on y ressent toute la résignation du soldat face à l'absurdité de la guerre, bravo.
avatar
Carbo
Heimdall
Heimdall

Masculin
Nombre de messages : 864
Age : 43
Localisation : Belgique
Art de prédilection : croquis
Date d'inscription : 04/09/2007

http://carboleum.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Jeu 27 Sep 2007, 00:19

Carbo -> Mais c'est captivant les chamailleries sur la grammaire ^^

Merci pour ton commentaire...
Est-ce que TOUTES les expressions parlées du texte te choquent, ou certaines en particulier?

Si c'est le deuxième cas, est-ce que tu pourrais me désigner les endroits où ça choque le plus..?
(Parce que ça peut être arrangé en deux temps trois mouvements)
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Carbo le Jeu 27 Sep 2007, 00:50

Je me suis reculé
Je lui ai fait remarquer
que t’es revenu de l’accident

en fait ca fait pas beaucoup. mais il me semblait en avoir plus à la première lecture qu'à la deuxième...soit!

par contre en relisant, j'ai compris les deux premier paragraphes. Comment appelle-t-on encore les détail qui n'apparaissent clairement à la deuxième lecture?
avatar
Carbo
Heimdall
Heimdall

Masculin
Nombre de messages : 864
Age : 43
Localisation : Belgique
Art de prédilection : croquis
Date d'inscription : 04/09/2007

http://carboleum.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Jeu 27 Sep 2007, 01:20

Je savais même pas que ça portait un nom...
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Jeu 27 Sep 2007, 21:26

J'viens de penser à un jeux de mots moisi pour un petit récit... Mais c'est tellement nul que j'en ferai pas un récit, finalement.

C'était l'histoire d'un homme qui mélange l'anglais et le français quand il parle, et un beau jour quand un de ses amis le voit en train de gesticuler n'importe comment au milieu de la rue et qu'il lui demande "Mais qu'est-ce que tu fais?" alors l'autre lui répond: "I hit l'air"
C'est graveleux en plus.
J'aurais jamais rien pu faire de ça...
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Alex-noX le Jeu 27 Sep 2007, 21:45

Je viens de le lire ... bien, tres bien :)
Neanmoins je comprends pas pourquoi tu reviens a la ligne comme ca, ca hache la lecture comme ca devrais pas selon moi :p

En tout cas si t'en as d'autres n'hesite pas, c'est vraiment bien
avatar
Alex-noX
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Masculin
Nombre de messages : 472
Age : 27
Localisation : Pas loin
Loisirs : Cinema Dessin Musique
Date d'inscription : 02/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Jeu 27 Sep 2007, 21:49

Alex -> Le retour à la ligne n'est pas voulu, j'ai copié-collé depuis Word et c'est devenu comme ça à l'insu de mon plein gré :-/
(C'est de ça dont je parlais quand je disais que la mise en page est moisie)
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Alex-noX le Jeu 27 Sep 2007, 21:51

Oh pardon, pour les galeries texte je me contente de lire le texte et pas les trucs a cotés / avis des autres :p
avatar
Alex-noX
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Masculin
Nombre de messages : 472
Age : 27
Localisation : Pas loin
Loisirs : Cinema Dessin Musique
Date d'inscription : 02/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Jeu 27 Sep 2007, 22:02

C'pas grave blac
Merci quand même pour ton commentaire (qui était constructif quand même)


(Nomdidiou qu'est-ce qu'il est imposant ce smiley...)
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Nouvelle Incomplète

Message par Menthe le Sam 29 Sep 2007, 19:42

Bonsoir aux Vikings ^^

Je viens de retrouver une nouvelle que j'ai commencée il doit bien y avoir quatre ans, et que je n'avais pas achevée à l'époque.
Aujourd'hui, je l'ai retrouvée, et impossible de me souvenir de la chute que je voulais donner à cette fichue histoire scratch

Du coup elle restera à jamais inachevée (je sais pas comment la terminer, je devais sûrement avoir une idée précise à l'époque, mais là j'ai plus une once d'inspiration là-dessus), donc si ça vous tente d'essayer de la terminer (en deux phrases ou en quatre pages, qu'importe ^^) je vous laisse le champs libre...

Je m'excuse d'avance pour les fautes d'accent éventuelles, j'ai essayé d'en corriger un maximum... Quand j'ai écrit ce texte j'étais sur un clavier qui ne faisait aucun accent ( une belle mouise pour écrire -_-' )

Ah, et puis: j'ai pas de titre à ma nouvelle... J'avais écrit en coin "Pas âme qui meure" mais ça rend moche en fait bbb
Du coup les propositions de titre sont acceptées aussi (dur-dur de trouver un titre quand l'histoire est pas finie, hein?)

NB: En gras, ce sont les correction apportées après avoir reçu les commentaires.




Depuis ma plus tendre et innocente enfance, j'avais toujours rêvé d'avoir un instrument de musique sur lequel faire courir mes doigts malhabiles. Une mélodie qui résonnait dans l'air, un air entêtant siffloté par un passant distrait, une simple note qui arrivait à mes oreilles se transformait en partition personnelle sur laquelle chaque seconde de mon existence devenait une note – chaque rire, un si enfantin – chaque larme, un do grave malheureux – une pensée sombre, une grimace, un sol inquiétant – chaque nuit passée dehors, un fa, si beau mais si bas.

Le jour de mes douze ans, mon père et ma mère m'offrirent un piano. C'était un magnifique instrument, noir comme l'ébène, docile, domestique. Comment décrire les sentiments qui m'envahirent au moment où je vis ses notes blanches et noires me sourire et m'inviter à les faire gémir, les faire courir par-delà les rêves et le commun des mortels, les faire voyager dans ma tête et mon corps? Les émotions se bousculaient en moi, et je ne cherchai pas à les contenir: elles étaient bien trop insistantes, et quand bien même elles auraient été discrètes, je les aurais forcées à se montrer, les unes après les autres.

Depuis ce jour, mon existence ne fut plus que musique, tantôt gracieuse et sifflante, tantôt lourde et grave, toujours personnelle mais jamais véritablement dévoilée. Je passai mes journées entières sur l'instrument – je faisais galoper mes doigts sur ses touches zébrées – je le faisais souffrir et crier à n'en plus pouvoir, oubliant jusqu'à son existence et pensant créer mes mélodies à partir de mes doigts seuls; je le faisais pleurer, quand j'étais triste – et rire aux éclats, lorsque j'étais heureux. De son le plus grave et le plus angoissant, à son le plus aigu et le plus strident, je le faisais chanter chaque jour, des heures durant, composant des sons tristes et beaux, gais et rapides, pour moi – pour lui.

Je devais mon aptitude toute particulière à jongler avec les touches, à un travail intensif. Certains musiciens sont doués; deux accords plaqués, et la mélodie s'enchaîne, fluide comme l'eau et légère comme l'air, enivrante et agréable… D'autres le deviennent à force de travail, d'obstination, de persévérance et d'espoir: j'en suis un exemple. Mes débuts furent désagréables – pour éviter le terme catastrophiques – et je songeai plusieurs fois, et très sérieusement, à renoncer à mon rêve. Mes parents, cependant, m'encouragèrent et me motivèrent; je raconte cette histoire aujourd'hui, en grande partie grâce à eux. Ils m'inscrivirent à des cours, engagèrent des professeurs particuliers, achetèrent des manuels pour débutants.

Quant à moi, au fur et a mesure que le temps passait, et que la liste des longues heures passées devant mon instrument s'allongeait, il ne me semblait percevoir aucun changement dans mes morceaux. Mes doigts glissaient maintenant avec fluidité sur les touches, les bousculaient délicatement ou les pressaient fortement – mais mes oreilles, sans doute trop habitées au vacarme assourdissant que j'avais fait naître du piano les premiers jours, sifflaient sans cesse – et je désespérais de ne pas progresser malgré tous les efforts de mes parents.

Un jour où le professeur particulier, malade, ne put pas se déplacer, je décidai de m'entraîner seul. Je m'assis en face de l'instrument, mes doigts se positionnèrent automatiquement sur le premier accord de Lettre a Elise, et j'appuyai sur mes mains. La mélodie s'éleva, douce et sucrée, et ne cessa de virevolter dans la pièce que lorsque je plaquai le dernier accord. J'étais, à vrai dire, totalement abasourdi. J'avais bien entendu mon jeu musical, mais il me semblait que ce n'était pas moi qui l'avais joué – les notes s'étaient enchaînées trop rapidement, et de façon bien trop parfaite, pour que cela soit le travail de mes simples doigts. Il n'y avait pas une once d'orgueil en moi (tendre enfance…) mais je me rendis compte, ce jour-la, que je m’étais véritablement amélioré, et que j’étais à présent un bon pianiste. Alors je passai des heures et des heures sur le piano, non pas à rejouer des partitions, mais à composer moi-même, mes propres morceaux.

Jusqu'à mes vingt-sept ans, je vécus la plus grande partie de mon existence assis sur ce tabouret, mes mains placées à la hauteur du clavier, les yeux fermés, l'oreille attentive.

A vingt-sept ans, ma femme (douce femme, qui m'aimait et me comprenait alors que je passais plus de temps avec mon piano qu'avec elle, que j'étais secret pour elle mais que je n'avais aucun secret pour lui…) ma femme donc, m'offrit un piano, le jour de mon anniversaire.

Blanc. Lorsque j'aperçus sa couleur, mes craintes se dissipèrent: un piano blanc ne pouvait être qu'aussi docile que mon piano ébène, sinon plus. Quelles mauvaises prévisions avais-je faites là! Dès la première note, il s'avéra que les touches résistaient et refusaient de s'enfoncer aussi lestement que celles d'ébène, chaque note des accords se distinguait trop nettement des autres: le décalage entre mes doigts et la musique qui s'échappait de l'instrument était complet. Déçu au départ, je m'attelai à apaiser ce fougueux partenaire. Des jours, des semaines, des mois, je lui consacrai mon corps et mon âme, chaque souffle qui s'échappait de moi lui insufflait une énergie nouvelle pour me résister.

Un jour pourtant, je parvins à le dompter. Quelle merveilleuse mélodie accepta-t-il alors de me faire entendre! Les notes couraient, rapides et brèves, sous mes doigts agiles. Je passai une nuit fantastique, rêvant de notes folles que je parvenais a capturer dans le filet que formaient mes doigts entrecroisés.

Le lendemain, heureux d'avoir gagné les faveurs de mon beau piano blanc, je m'assis – comme à l'accoutumée – sur le tabouret, mis mes mains au-dessus du clavier, fermai les yeux et plaquai.

Aucun son ne sortit! Pensant avoir fait une erreur dans mon placement de mains (chose absurde, mais comment expliquer un tel phénomène?) j'ouvris les yeux et lus la partition qui se trouvait devant moi. Do-mi-, et les notes devaient partir. Je replaçai mes mains et plaquai de nouveau, avec plus de force cette fois. Pas un murmure ne s'échappa de l'instrument.

Inquiet à présent, j'essayai toutes les touches, l'une après l'autre, espérant bien entendre l'une d'elles se trahir par un susurrement presque inaudible… En vain. Elles restaient toutes trop silencieuses.

J'appelai plusieurs réparateurs, du petit artisan passionné au fabricant en série; mais aucun ne put me venir en aide. Pire! Aucun ne réussit a savoir d'ou provenait ce problème. Le piano était, disaient-ils, en parfait état de marche, pas une corde n'était cassée, tout devait fonctionner.

Je me demandai alors si le problème ne venait pas de moi; le soir-même, je demandai à ma femme d'essayer quelques touches. Elle appuya doucement son index droit sur le do aigu de l'instrument, et la note s'éleva dans l'air, dansante et fleurissante. Etonné, je lui demandai d'essayer une autre touche, ce qu'elle fit, et le piano répondit a ses caresses. Bizarrement, je n'éprouvais qu'une seule émotion en comprenant que ma femme (qui n'avait jamais touché un instrument de musique de sa vie) était autorisée à faire pleurer mon piano, auquel j'avais consacré mon souffle et mon sang des mois durant, alors qu'il restait sourd à mes demandes répétées: j’éprouvais de la jalousie.

Je m'assis sur la tabouret après que ma femme eut quitté la pièce (croyant certainement avoir réparé l'appareil), et plaquai un accord qui, bien entendu, resta vide – de sons et de sens.

Qu'avait ce maudit appareil, de refuser ainsi la consécration ultime? Un musicien aimant qui le fit chanter les malheurs et les bonheurs de la vie et de la mort? J'étais accablé et quelque peu coléreux; car j'étais le seul maître de mon piano, mais il ne m'obéissait pas. Qu'est-ce qu'un musicien armé d'un instrument muet?

J'allai dénicher un vieux drap au fond du grenier, et le posai sur mon piano blanc. Je devais réfléchir.

Des heures, des jours, je songeai au moyen de rendre la parole au maudit rebelle; en vain. Il me semblait que l'appareil contrôlait mes pensées: lorsque j'imaginais une solution à mon problème, aussitôt mon esprit se fermait et m'amenait sur un autre sujet bien moindre.


Dernière édition par le Dim 30 Sep 2007, 15:12, édité 1 fois
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Kulgrim le Dim 30 Sep 2007, 13:25

ouah ... ben pas grand choses à redire ... voire meme rien du tout. C'est du très bon boulot. POur le titre là je vois pas mais si j'ai une idée qui me vient je te ferais signe.

PS : pssst par là y a un truc qui pourrait peut etre t'interesser http://vikings2000.forumactif.com/Concours-pour-le-Fun-f21/Concours-texte-t958.htm
avatar
Kulgrim
Yggdrasil
Yggdrasil

Masculin
Nombre de messages : 1012
Age : 29
Localisation : Dans une rizière
Art de prédilection : Etudiant au bord du gouffre
Loisirs : Concerts, bouquins, ...
Date d'inscription : 13/06/2007

http://rockunderthesun.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Adrenaline le Dim 30 Sep 2007, 14:10

Ben dis donc bien écrit pour une minette de 14 ans....bravo.
Il y'a une répétition génante, rien de bien méchant, là : Les notes couraient, rapides et brèves, sous mes doigts rapides.
En dehors de ça l'histoire est super mais je dirais qu'il y a trop de lenteur dans le récit pour moi.

Adrenaline
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Féminin
Nombre de messages : 1515
Age : 44
Localisation : Jamais tres loin
Date d'inscription : 01/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par beulette le Dim 30 Sep 2007, 14:29

(je fusionne tes deux topics menthe : on fait une galerie par personne quand c'est des nouvelles .... et une galerie spéciale pour les grands textes divisés en plusieurs posts ...... et comme la c'est des nouvelles voila quoi )

---------------'Ô' www.vikings2000.com 'Ô'---------------
"Sans technique, le talent n'est rien qu'une sale manie."
G. Brassens.

http://www.leterrier2.canalblog.com
avatar
beulette
Les druides
Les druides

Féminin
Nombre de messages : 6176
Age : 43
Localisation : montpellier
Art de prédilection : la glandouille
Loisirs : tout ce qui peut se faire allongé sur un canapé
Date d'inscription : 02/07/2006

http://www.leterrier2.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Dim 30 Sep 2007, 15:10

adré -> Hiiiiii mais j'ai 18 ans bbb
J'm'en vas réparer cette petite répétition tout de suite.

beul -> Ok, merci beulette ^^'
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Adrenaline le Dim 30 Sep 2007, 15:17

Euhhh mais je sais que t'as 18 ans...mdr mais tu dis l'avoir écrit y'a 4 ans donc chez moi ça fait 14 ans :)

Adrenaline
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Féminin
Nombre de messages : 1515
Age : 44
Localisation : Jamais tres loin
Date d'inscription : 01/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Dim 30 Sep 2007, 15:39

Han merdre -_-'

D'accord, du coup ça y est, j'ai compris cheers

(Et j'ai changé le "rapides" en "agiles", en parlant des doigts... C'est mieux comme ça?)
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Adrenaline le Dim 30 Sep 2007, 15:51

Vi c'est mieux :-) ... merci pour moi !!!

Adrenaline
Boucs sacrés
Boucs sacrés

Féminin
Nombre de messages : 1515
Age : 44
Localisation : Jamais tres loin
Date d'inscription : 01/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Rackaël le Dim 30 Sep 2007, 18:41

(Le dragon qui arrive après la guerre)
Tres joli texte, une suite? une fin? ( qu'est-ce qu'il a son pu... de piano ?)

Rackaël
Thor
Thor

Masculin
Nombre de messages : 4518
Age : 44
Localisation : Dans la nuit...... je veille!
Art de prédilection : Esclave
Loisirs : Tuer des gens, violer des animaux et cueillir des fleurs.
Date d'inscription : 08/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Dim 30 Sep 2007, 18:47

Rack -> Ben j'ai précisé avant le texte, que c'est un truc inachevé d'y a longtemps et que je me souviens plus de la chute que je voulais lui donner scratch

Du coup je le laisse tel quel, et si quelqu'un a de l'inspiration je l'invite à terminer ce texte comme il veut et comme ça lui plaît... Comme un petit jeu quoi (sauf que le texte a pas été écrit avec pour objectif de devenir un jeu, quoi)
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Rackaël le Dim 30 Sep 2007, 18:51

Alors je te propose un truc, si tu gagnes le concours texte (celui là ou un autre), propose pour le sujet suivant de terminer celui-là ca peut etre sympa.

Rackaël
Thor
Thor

Masculin
Nombre de messages : 4518
Age : 44
Localisation : Dans la nuit...... je veille!
Art de prédilection : Esclave
Loisirs : Tuer des gens, violer des animaux et cueillir des fleurs.
Date d'inscription : 08/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Dim 30 Sep 2007, 19:01

Okay, c't'une bonne idée...

Je réponds au post d'Alex (qui l'a foutu sur le mauvais topic, quel boulet cet Alex ^^')

J'ai lu ton texte avec la musique du menu du dvd de twin peaks en fond sonore. Et je dois dire que j'ai bien fait, ca allais vraiment avec l'ambiance etrange et surréaliste de (tes) textes .
J'aime vraiment beaucoup :) Cependant la mise en page est encore a revoir (toujours un probleme de copier/coller?) et l'apparition de la femme est trop succinte, ou pas assez (tu devoile trop de choses secondaire, l'important n'est pas la)
Continues! pitié... :)

Merci pour ton commentaire; la mise en page vient encore de Word -_-'
(La prochaine fois j'essaierai de tout faire ça comme il faut, mais ça prend du temps et c'est pas vraiment vital donc... Flemmarde inside ^^)

Pour l'apparition de la femme, je me souviens qu'elle allait avoir une certaine importance dans l'histoire (j'ai même volontairement supprimé un paragraphe qui était là avant et qui compliquait trop les choses oO); mais laquelle, zat iz ze couechtione.

Et non, je continue pas :-p
C'est fini-fini, j'y touche plus, de toutes façons si j'essayais de le finir maintenant je serais jamais satisfaite du résultat.
Par contre l'idée de Rack est excellent ^^
On verra pour le concours de textes :-p
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Alex-noX le Dim 30 Sep 2007, 19:16

Je trouve aussi l'idée de rack chouette
Mea Culpa pour mon état de boulet (d'or)
Par contre j'pense pas participer par dessus toi^^ flemme de foutre la m..ouise
avatar
Alex-noX
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Masculin
Nombre de messages : 472
Age : 27
Localisation : Pas loin
Loisirs : Cinema Dessin Musique
Date d'inscription : 02/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Menthe le Jeu 04 Oct 2007, 13:06

Allez Hop, un autre petit texte.
Celui-là, c'est un exercice de style: j'ai fait à la manière de Régis Jauffret. Il s'agit d'une microfiction.
(D'ailleurs, en passant, je vous recommande absolument le livre Microfictions de Régis Jauffret; mais quitte à le lire, allez le consulter à la biblio au lieu de l'acheter: il est plutôt cher, et comme il est constitué de 500 mini-histoires, c'est plus sympa de se poser une petite demie-heure à la biblio, de lire une dizaine d'histoires et de revenir une autre fois pour continuer)

Exercice de style donc, "à la manière de"

Les beaux habits noirs


Eliane fait la vaisselle, en faisant attention de ne pas entrechoquer les assiettes, pour ne pas réveiller les filles.
A la télévision, le documentaire est gangréné par la publicité; j'attrape la télécommande et j'éteins. De toutes façons, j'avais coupé le son, pour ne pas réveiller les filles.
Eliane range le dernier verre et me rejoint dans le salon; elle a les mains fripées de les avoir trempées dans l'évier; elle me regarde.
Vingt ans de mariage l'ont changée; elle met des tabliers pour cuisiner et des chapeaux pour sortir. Elle ne le faisait pas quand nous nous sommes fiancés.

Il est l'heure. Elle monte les escaliers. Je la suis.
Nous montons sur le bord des marches afin qu'elles ne grincent pas; elles risqueraient de réveiller les filles.
Eliane s'enferme dans la salle de bains pour se changer; elle ne veut plus se montrer nue devant moi; elle dit que c'est l'âge qui la rend comme ça.
J'enfile mes habits en silence. Pour l'occasion, ce sont mes beaux habits noirs. Je ne les mets que très rarement; ils ont vingt ans, mais ils sont comme neufs.

Ce soir, nous sortons.
Nous allons au théâtre.

Nous ne sortons presque jamais, parce qu'il faut s'occuper des filles. Mais aujourd'hui, nous sortons : les filles dorment.
Eliane paraît sur le seuil de la salle de bains. Elle a mis sa robe noire et ses bijoux en argent. Je lui dis qu'elle est élégante. Elle sourit, mais elle sait que je dis ça par galanterie.
Nous sortons de la chambre et passons la tête par l'embrasure de la porte de celle des filles.

La lumière est éteinte. Les volets sont entrouverts et la clarté glaciale de la lune vient transpercer les rideaux et se couler sur leurs corps pâles. Elles sont paisibles. Elles sont nues. Leurs corps blancs sont comme des oeuvres d'art trop pures pour être regardées. Elles sont belles.
– On croirait les entendre respirer.
C'est vrai.
Elles sont mortes il y a deux ans durant leur sommeil, mais leur chambre est encore pleine de vie, et quelquefois j'ai presque l'impression de voir leurs seins nus se soulever et s'abaisser au rythme de leur respiration fragile.

Eliane descend les escaliers. Je la suis.
Nous sortons, et nous refermons la porte derrière nous - délicatement, pour ne pas réveiller les filles.
avatar
Menthe
Guerrier Sanguinaire
Guerrier Sanguinaire

Féminin
Nombre de messages : 350
Age : 28
Localisation : Lyon (69)
Art de prédilection : Etudiante en Philosophie (si,si...)
Loisirs : Organiser des rencontres surprise entre mes orteils et les pieds de meubles: frissons garantis!
Date d'inscription : 24/09/2007

http://deliriumtremens.over-blog.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Kulgrim le Jeu 04 Oct 2007, 13:23

Pas mal.... mais je trouve quand meme que la répitition de "pas reveiller les filles" est un peu trop lourde. J'ai bien compris que c'était intentionel (je suispas completementblond non plus juste un peu mais c'est la faute de la genétique) mais ça fait un peu too much quand meme. Du coup ça gache aussi un peu la chute de l'histoire : je sais pas pour les autres mais mon cerveau torturé avait bien compris dès la troisième repetition qu'il y avait un truc assez ignoble qui se tramait avec les filles.
avatar
Kulgrim
Yggdrasil
Yggdrasil

Masculin
Nombre de messages : 1012
Age : 29
Localisation : Dans une rizière
Art de prédilection : Etudiant au bord du gouffre
Loisirs : Concerts, bouquins, ...
Date d'inscription : 13/06/2007

http://rockunderthesun.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les paperasses de Menthe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum